précepte

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

Emprunté au latin praeceptum (« précepte, leçon, règle »), dérivé de praecipere signifiant « prendre avant, prendre le premier » ou encore « recommander », « conseiller », « prescrire » [1].

Nom commun [modifier]

Singulier Pluriel
précepte préceptes
\pʁe.sɛpt\

précepte \pʁe.sɛpt\ masculin

  1. Règle ; leçon ; enseignement.
    • Le gracieuse négligence, la hardiesse naïve de la Fontaine furent inappréciées par le grand roi ; mais le froid et correct Boileau donna à la poésie des préceptes tels que Louis les auraient donnés lui-même — (Théophile Lavallée, Histoire des Français depuis le temps des Gaulois jusqu'en 1830, Paris, Charpentier, 1858, 20e éd., t.3, chap.4, p.283)
    • « Ils sont partis par-là.
      — Selon les préceptes du commodore Holmes : « Si un criminel part dans une direction, cherchez-le dans la direction opposée. » »
      — (Les Nouvelles Aventures de Lucky Luke, 2001, épisode 3)
      • (Philo) : Qui ne peut pas ne pas être autrement.
  2. (Religion) Commandement et, surtout, commandement de Dieu, ou commandement de l’Église, etc.
    • Il en est résulté une conviction profonde que le salut dépendait de l’accomplissement rigoureux du précepte, et que ce précepte lui-même avait été établi par Dieu, […]. — (Anonyme, Le Clergé en Espagne, Revue des Deux Mondes, 1829, tome 1)
    • Pour Almaengien, le Grand Maître de la secte adamite dont Bosch n'a fait que suivre les préceptes, la notion du péché originel n'existe pas. — (Jérôme Peignot, Les jeux de l'amour et du langage, page 134, 2009)

Traductions[modifier]

Références[modifier]