prétérition

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

(Siècle à préciser) Du latin praeteritio, de praeterire, « passer outre ».

Nom commun [modifier]

Singulier Pluriel
prétérition prétéritions
\pʁe.te.ʁi.sjɔ̃\
Monsieur Du Chemin de Traverse, pour ne pas le nommer (1), a un excellent alibi car il était avec sa maîtresse à l’heure du crime. Je ne vous ferai pas l’affront de vous rappeler qu’il est nécessaire d’avoir des preuves avant d’accuser quelqu’un (2). Par contre je n’en dirais pas autant de son beau-frère. Inutile de vous présenter Dupont-Dessoupir (3). Je ne parlerai pas de son caractère violent, encore moins de sa duplicité (4). Si vous cherchez un coupable, le voici ! — (Plaidoirie de Maître Corps-Beau)
Accumulation de 4 prétéritions numérotées de 1 à 4 et en caractères gras, dans un plaidoyer fictif humoristique.

prétérition \pʁe.te.ʁi.sjɔ̃\ féminin

  1. (Rhétorique) Figure de style par le moyen de laquelle on parle d’une chose en feignant de n’en vouloir pas parler.
    • Il y a un tour de Fiction, au moyen duquel la penſée ne doit pas être entendue littéralement comme elle eſt énoncée, mais qui laiſſe apercevoir le véritable point de vûe en le rendant ſeulement plus ſenſible & plus intéreſſant par la Fiction même. De là naissent l’Hyperbole, la Litote, l’Interrogation, la Dubitation, la Prétérition, la Réticence, l’Interruption, le Dialogiſme, l’Épanorthoſe, l’Épitrope, & l’Ironie ; celle-ci ſe ſoudiviſe, à raison des points de vûe ou des tons, en ſix eſpèces ; ſavoir, la Mimèſe, le Chleuaſme ou Perſifflage, l’Aſtéiſme, le Charientiſme, le Diaſirme, & le Sarcaſme. — (Encyclopédie méthodique : Grammaire et Littérature, tome second, Panckoucke / Plomteux, Paris / Liège, 1784)
    • Ces quatre sources sont 1° le besoin ; 2° le pléonasme ; 3° la métathèse ; 4° l’énallage. Parmi les figures de pensées, au nombre de dix-huit, il [Phœbammon] en distingue deux nées du besoin : l’aposiopèse et l’épitrochasmos ; six nées du pléonasme : la prodiorthose, l’épidiorthose, la procatalepse, la paralipse, la diotypose, l’épimone ; six nées de la métathèse : la prosopopée, l’éthopée, la figure appelée μιϰτόν, parce qu’elle tient de l’une et de l’autre, l’interrogation appelée έρώτησις, l’interrogation appelée πεύσις, et la prétérition ; quatre nées de l’énallage : l’ironie, la dubitation, l’allusion satirique, l’apostrophe. — (Étienne Gros, Étude sur l’état de la rhétorique chez les Grecs, Typographie de Firmin Didot Frères, Paris, 1835)
  2. (Droit) Omission que faisait un testateur, dans son testament, d’un de ses fils ou d’un autre héritier nécessaire.
    • La prétérition annulait le testament.
    1. Omission analogue dans un contrat.

Synonymes[modifier]

Apparentés étymologiques[modifier]

Traductions[modifier]

Voir aussi[modifier]

Références[modifier]