prendre en grippe

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

→ voir prendre et grippe au sens ancien de «  caprice, fantaisie soudaine », l'expression se serait créée par antiphrase.

Locution verbale [modifier le wikicode]

prendre en grippe \pʁɑ̃d.ʁ‿ɑ̃ ɡʁip\ (se conjugue → voir la conjugaison de prendre)

  1. Manifester une animosité, une prévention motivée ou non, contre quelqu’un ou quelque chose.
    • M. Eyssette, de le voir éternellement la larme à l’œil, avait fini par le prendre en grippe et l’abreuvait de taloches… — (Alphonse Daudet, Le petit chose, 1868, réédition Le Livre de Poche, page 19)
    • La lampe éteinte, Félicité ne put dormir. Les yeux fermés, elle faisait de merveilleux châteaux en Espagne. Les vingt mille francs de rente dansaient devant elle, dans l’ombre, une danse diabolique. Elle habitait un bel appartement de la ville neuve, avait le luxe de M. Peirotte, donnait des soirées, éclaboussait de sa fortune la ville entière. Ce qui chatouillait le plus ses vanités, c’était la belle position que son mari occuperait alors. Ce serait lui qui paierait leurs rentes à Granoux, à Roudier, à tous ces bourgeois qui venaient aujourd’hui chez elle comme on va dans un café, pour parler haut et savoir les nouvelles du jour. Elle s’était parfaitement aperçue de la façon cavalière dont ces gens entraient dans son salon, ce qui les lui avait fait prendre en grippe. — (Émile Zola, La Fortune des Rougon, G. Charpentier, Paris, 1871, ch. III ; réédition 1879, page 104)
    • Cet appartement : elle en avait été si fière ! Elle avait pris en grippe celui de la rue de Rennes que mon père vieillissant, devenu hypocondriaque, remplissait des éclats de sa mauvaise humeur. — (Simone de Beauvoir, Une mort très douce, Gallimard, 1964, Le Livre de Poche, page 19)
    • Si l’inspecteur vous prend en grippe, même si ce n’est pas de votre faute en tant que maître d’œuvre, il va prendre tout le chantier en grippe, et la vie va devenir infernale. — (Qui est responsable de quoi ?, Journal du Barreau, Volume 37 – numéro 9, 15 mai 2005)
    • Le monde prend en grippe le Mexique. — (Le Matin Bleu, 3 mai 2009)

Synonymes[modifier le wikicode]

Traductions[modifier le wikicode]

Prononciation[modifier le wikicode]