prendre pour un lapin de six semaines

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

→ voir prendre, lapin, six et semaine, pour rappeler l’image de naïveté associée au lapereau.

Locution verbale [modifier le wikicode]

prendre pour un lapin de six semaines \pʁɑ̃dʁ pu.ʁ‿œ̃ la.pɛ̃ də si sə.mɛn\ transitif (se conjugue → voir la conjugaison de prendre)

  1. (Lorraine) (Familier) Utilisé pour indiquer à son interlocuteur que son but est évident, que son entourloupe a été démasquée, que l’on n’est pas dupe ni idiot.
    • Il utilise cette actualité en espérant me faire avaler son histoire, mais je continue à ne pas y croire. Il doit s'imaginer que je suis dans la police depuis deux mois. Il me prend pour un lapin de six semaines! — (Sihem Souid, La suspendue de la République, Éditions du Cherche-Midi, 2012, chap. 7)
    • S'il croit pouvoir me cacher son lien avec le trafic de drogue et son rôle de livreur de marchandise, c'est qu'il me prend vraiment pour un lapin de six semaines, ce qui m’agace passablement. — (Max L. Telliac, Six, tome 2 : À nos cœurs tourmentés, Black Ink Editions, 2020)

Variantes[modifier le wikicode]

Quasi-synonymes[modifier le wikicode]


Vocabulaire apparenté par le sens[modifier le wikicode]

Traductions[modifier le wikicode]

Prononciation[modifier le wikicode]

  • France : écouter « prendre pour un lapin de six semaines [Prononciation ?] »
  • France : écouter « prendre pour un lapin de six semaines [Prononciation ?] »
  • France (Lyon) : écouter « prendre pour un lapin de six semaines [Prononciation ?] »
  • France (Vosges) : écouter « prendre pour un lapin de six semaines [Prononciation ?] »