proême

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Voir aussi : proème, proëme, proœme

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

(Nom 1) (XVe siècle)[1] Du latin prooemium[1], lui-même emprunté au grec προοίμιον, prooímion (« préface, introduction »).
(Nom 2) (1948) Mot-valise de prose et poème, créé par le poète français Francis Ponge.

Nom commun 1 [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
proême proêmes
\pʁo.ɛm\

proême \pʁo.ɛm\ masculin

  1. (Didactique) Préface, entrée en matière, exorde.
    • Beaucoup de gens furent atteint chez nous de cette bizarrerie mentale qui les fait appeler “foreword”, proème, une très ordinaire préface, et se découvrir une agréable supériorité sur leurs semblables parce qu’ils étaient familiers avec des archaïsmes comme “eftsoons”, souventes fois. — (H. G. Wells, Anticipations, 1901, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Société du Mercure de France, Paris, 1904)
    • Le présent article a pour but de montrer en quoi le proème de l’Énéide constitue une entrée progressive dans le récit, en recourant principalement à la notion d’énonciation. (Résumé de “Le proème de l’Énéide comme seuil” de Sylvie Franchet d’Esperey, Refdoc, 2006)
  2. (Poésie) Hymne lyrique, poésie lyrique.

Traductions[modifier le wikicode]

Nom commun 2[modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
proême proêmes
\pʁo.ɛm\

proême \pʁo.ɛm\ masculin

  1. (Littérature) Poème en prose.
    • Ponge invente le « proème » (Proêmes, 1948), mot forgé par contamination de PRO(se) et de (po)ÈME, mais qui reprend en réalité à la poésie grecque le terme de prooimon[sic] (« ce qui vient avant le chant » : oimè), qui désigne le prélude des joueurs de lyre. — (Dictionnaire mondial des littératures, entrée : “Francis Ponge”, Larousse)

Variantes[modifier le wikicode]

Vocabulaire apparenté par le sens[modifier le wikicode]

Traductions[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]

  1. a et b « proême », dans Émile LittréDictionnaire de la langue française, 1872–1877 → consulter cet ouvrage