proh pudor

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

Du latin, avec le sens de Ô honte !

Locution interjective [modifier le wikicode]

proh pudor \Prononciation ?\

  1. (Soutenu) (Par plaisanterie) Exclamation qui exprime un étonnement réel ou supposé.
    • Quoi qu'il en soit de leur biographie, il y en a eu au moins un qui a eu l'honneur d'inventer certains assaisonnements, et l'on avait à Rome des sauces à l'Apicius, absolument comme nous avons, nous aussi, des côtelettes à la Soubise, et même, proh pudor! des abricots à la Condé. — (Louis Douët d'Arcq, Un petit traité de cuisine écrit en français au commencement du XIVe siècle, Bibliothèque de l'École des chartes, 1860, vol.21, n°1, p.209)
    • Le dîner se composait invariablement de poisson bouilli. Parfois il y avait de la soupe , mais c'était — proh pudor! — de la soupe au cabillaud! — (Jules Leclercq, La Terre de glace, Féroë, Islande, les geysers, le mont Hékla, Paris : E. Plon & Cie, 1883, page 45)
    • L'immense majorité des peintres emploient la couleur sans règle ni mesure : de pots sans fond, de tubes renouvelables à l'infini, ils tirent la couleur en fonction de leur « inspiration », des « nécessités » chromiques du tableau, voire - proh pudor! - de la ressemblance avec le motif. — (Thieri Foulc, Tableau à couleur mesurée, sur le site de l’Ouvroir de Peinture Potentielle (http:/ /oupeinpo.tristanbastit.fr), consulté le 3 sept. 2016)
    • La faim commençait à se faire sentir. Les plus prudents avaient emporté du chocolat et des petits pains, - quelques-uns - proh ! pudor - des cervelas ; des classiques malveillants disent à l’ail. — (Théophile Gautier, Souvenirs romantiques, introduction et notes par Adolphe Boschot, Paris : Librairie Garnier, 1929, p.85)

Traductions[modifier le wikicode]

Prononciation[modifier le wikicode]