proie

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

Du latin praeda (« butin, proie »).

Nom commun [modifier]

Singulier Pluriel
proie proies
\pʁwa\

proie \pʁwa\ féminin

  1. Ce que les animaux carnassiers ravissent pour le manger.
    • A de grandes altitudes planaient les frégates et les phaétons, qui tombaient souvent avec une rapidité vertigineuse pour arracher en l'air leur proie aux oiseaux de mer plongeurs. — (Alain Gerbault, À la poursuite du soleil; tome 1 : De New-York à Tahiti, 1929)
    • Le lion se jeta sur sa proie.
    • Le loup emporta sa proie dans le bois.
  2. Butin fait à la guerre, et généralement, toute chose dont on s’empare avec violence, avec une sorte de rapacité.
    • […] videz vos poches, maîtres coquins, et rendez à ces dames ce que vous leur avez enlevé. Sans hésiter les voleurs débâillonnèrent la duègne, et restituèrent la riche proie qu’un instant ils avaient cru pouvoir s’approprier. — (Gustave Aimard, Les Trappeurs de l’Arkansas, Éditions Amyot, Paris, 1858)
    • Aussi rien n'est-il plus naturel que de voir des policiers […] prendre, pour ne pas effaroucher leur proie, l'apparence des gars qu'ils ont la mission d'appréhender. — (Francis Carco, Messieurs les vrais de vrai, Les Éditions de France, Paris, 1927)
  3. (Figuré) Personne qui a beaucoup à souffrir des passions des autres ou de sa propre passion.
    • Être en proie à l’avidité, à la cupidité des usuriers.
    • Il est en proie à la rapacité de son entourage.
    • Cet honnête homme a été la proie des aigrefins.
    • Il est en proie à la calomnie, à la médisance.
    • Dénué de tous ses appuis, il demeura, il resta en proie à la vengeance.
    • Il est en proie à ses passions, à sa douleur, à la tristesse.
  4. Action d'être soumis au ravage ou à la destruction.
    • A la suite du terrible massacre des juifs de la péninsule ibérique, en 1391, le Call de Perpignan fut envahi, en 1392, et devint la proie du meurtre et du pillage. — (Léon Berman, Histoire des Juifs de France des origines à nos jours, 1937, p.129)
Note[modifier]
attention Ce mot féminin n'a pas de masculin correspondant, et il peut désigner des hommes.

Antonymes[modifier]

Dérivés[modifier]

Traductions[modifier]

Traductions à trier[modifier]

Anagrammes[modifier]

Prononciation[modifier]

  • France  : écouter « proie [pʁwa] »

Références[modifier]