quiconque

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

Du latin quicumque (« toute personne qui ») ; voir quelconque.

Pronom relatif [modifier le wikicode]

quiconque \ki.kɔ̃k\ singulier

  1. Toute personne qui, qui que ce soit qui. — Note : Il est utilisé sans antécédent.
    • Mais je conseille peu l’Islande aux malades, aux invalides et à quiconque est habitué au confort des hôtels et des wagons-lits. — (Jules Leclercq, La Terre de glace, Féroë, Islande, les geysers, le mont Hékla, Paris : E. Plon & Cie, 1883, page 19)
    • Très curieux de son naturel, il était toujours informé avant quiconque des menus potins du pays et n’avait pas son pareil pour les répandre et les amplifier. — (Louis Pergaud, Un petit logement, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • Ces braves gens pratiquaient l’hospitalité ; quiconque avait tâté de leur pot ou fait un whist avec eux, devenait leur intime : […]. — (Nicolas Gogol, Les âmes mortes, 1842, traduction de Henri Mongault, 1949)
    • Ce qui les angoisse vraiment, ce sont les cousins maléfiques des selfies : les sextos. Nous mettons nos filles en garde : « N'envoie jamais, au grand jamais, de messages sexuellement explicites à quiconque, […]. » — (Peggy Orenstein, Girls & Sex : une étude américaine, traduit de l'anglais (États-Unis) par Claire Richard, 2018)

Notes[modifier le wikicode]

Il est quelquefois féminin :
  • Mesdames, quiconque de vous sera assez hardie pour médire de moi, je l’en ferai repentir.
Ce pronom peut aussi s'employer de façon absolue en position de complément, malgré les réserves des puristes, comme pronom indéfini de qui que ce soit, de personne ou de n'importe qui.
Il connaît ses dossiers mieux que quiconque ou bien il connaît ses dossiers mieux que personne.

Traductions[modifier le wikicode]

Pronom indéfini [modifier le wikicode]

quiconque \ki.kɔ̃k\ singulier

  1. N’importe qui, qui que ce soit.
    • Être du Tout-Paris inspire immédiatement à celui qui a cet honneur un orgueil sans bornes. Il méprise autour de lui — même dans ses amis et connaissances — quiconque n'en est pas ; […]. Aux yeux du Tout-Paris les provinciaux ne comptent pas. — (Anatole Claveau, Le Tout-Paris, dans Sermons laïques, Paris : Paul Ollendorff, 1898, 3e éd., p.22 & 23)
    • Elle n’a jamais voulu épouser quiconque. (Benoit, Atlant., 1919)

Notes[modifier le wikicode]

→ voir notes supra.

Traductions[modifier le wikicode]

Prononciation[modifier le wikicode]

Voir aussi[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]