rêve

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher
Voir aussi Voir aussi : rêvé

Français[modifier | modifier le wikicode]

Étymologie[modifier | modifier le wikicode]

(Nom) Auguste Scheler  [1] développe un chapitre exceptionnellement long à ce mot apparemment orphelin (les langues germaniques partagent un étymon draum (« joie », « extase ») et les langues latines un étymon fondé sur somnium qui a donné « songe »). Il part du constat que resver signifiait « courir çà et là » et un resveur de nuit un « maraudeur nocturne ». À l’appui de sa démonstration, il cite l’usage des expressions synonymes : « tu rêves ! » et « tu divagues ! ».
Le mot est une variante dialectale de « rage » issu du latin rabies. Le a étymologique survit dans l’anglais to rave (« être véhément ou incohérent ») et le bourguigon ravasser. Scheler souligne aussi (sur le modèle d’aqua / esve / ewe / eaue / eau) le caractère intercalaire du s. Et donc, outre l’anglais rave, l’ancien français reve a donné, via un diminutif, l’adjectif revelé (« extravagant » dans Le Roman de la rose) et l’anglais revel (en) et revelry (en) (« réjouissance fantasque »).
(Interjection) Dérivation impropre de la forme impérative du verbe rêver à la deuxième personne du singulier, rêve.

Nom commun[modifier | modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
rêve rêves
/ʁɛv/

rêve /ʁɛv/ masculin

  1. Assemblage subconscient d’images et d’idées, souvent incohérentes, parfois nettes et suivies, qui se présentent à l’esprit pendant le sommeil.
    • Il y eut encore entre ce moment de somnolence et le sommeil réel un intervalle pareil à celui du crépuscule, qui sépare le jour de la nuit, intervalle bizarre et indescriptible pendant lequel la réalité se confond avec le rêve, de manière qu’il n’y a ni rêve ni réalité ; […]. (Alexandre Dumas, Othon l’archer, 1839)
    • Il ne devinait pas encore combien l'âme de la jeune fille, déjà, lui appartenait. Il habitait chaque seconde de ses heures, chaque rêve de ses nuits. (Out-el-Kouloub, Zaheira, dans "Trois contes de l’Amour et de la Mort", 1940)
    • Pour la fausse oronge, elle est toxique ; elle tue les mouches, dit-on ; pourtant dans les pays du nord, les gens en usent pour donner de beaux rêves. (Jean Rogissart, Passantes d'Octobre, 1958)
  2. (En particulier) Chose plaisante par opposition à cauchemar (pendant le sommeil ou non).
    • Il a fait un beau rêve, se dit d’un homme qui a joui d’un bonheur fort court ou qui n’a eu qu’une espérance trompeuse et de peu de durée. Il se dit aussi d’un homme à qui survient un succès, un bonheur que rien ne lui faisait espérer.
    • C'est une maison de rêve.
  3. (Par extension) (Figuré) Projet sans fondement, chimère, utopie.
    • Il sentait couler dans ses veines toute la sanie des rêves impuissants, des appétences infécondes, et sur son échine s’appesantissait le fardeau de la résignation et de la timidité. (Victor Méric, Les compagnons de l'Escopette, 1930, p.27)
    • Que la réalité ne corresponde pas au rêve, seuls les naïfs s’en étonneront. D’abord, il y eut autant de rêves que de rêveurs. […]. Enfin, et surtout, si les hommes pouvaient réaliser leurs utopies, cela se saurait. (Élie Barnavi, L’Europe comme utopie, dans Marianne (magazine) du 13 août 2011, p.81)
  4. (Figuré) Désir, espérance.
    • Il voit Paris, non comme un gouffre où l’on sombre et qui vous dévore, mais comme un rêve flamboyant, où l’or se gagne, s’enlève à larges pelletées, où le plaisir est sans fin. (Octave Mirbeau, Le Tripot aux champs, Le Journal, 27 septembre 1896)
    • Les femmes regardaient cet homme, qui était leur rêve commun. (Pierre Louÿs, Aphrodite, 1896)

Synonymes[modifier | modifier le wikicode]

Dérivés[modifier | modifier le wikicode]

Apparentés étymologiques[modifier | modifier le wikicode]

Vocabulaire apparenté par le sens[modifier | modifier le wikicode]

Traductions[modifier | modifier le wikicode]

Traductions à trier[modifier | modifier le wikicode]

Interjection[modifier | modifier le wikicode]

Invariable
rêve
/ʁɛv/

rêve /ʁɛv/ invariable

  1. (Familier) Interjection exprimant un refus ou une négation forte.
    • Rêve ! La dernière fois que je te l’ai prêté tu as failli le péter.
    • Tu croyais quoi ? Que tu allais gagner le premier prix de la loterie ? Rêve gars.

Synonymes[modifier | modifier le wikicode]

Traductions[modifier | modifier le wikicode]

Forme de verbe[modifier | modifier le wikicode]

Conjugaison du verbe rêver
Indicatif Présent je rêve
il/elle/on rêve
Imparfait
Passé simple
Futur simple
Subjonctif Présent que je rêve
qu’il/elle/on rêve
Imparfait
Impératif Présent (2e personne du singulier)
rêve

rêve /ʁɛv/

  1. Première personne du singulier du présent de l’indicatif de rêver.
  2. Troisième personne du singulier du présent de l’indicatif de rêver.
  3. Première personne du singulier du présent du subjonctif de rêver.
  4. Troisième personne du singulier du présent du subjonctif de rêver.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif de rêver.

Prononciation[modifier | modifier le wikicode]

Voir aussi[modifier | modifier le wikicode]

  • rêve sur Wikipédia Article sur Wikipédia
  • Traduction en langue des signes française : rêve

Références[modifier | modifier le wikicode]

[1] : Auguste Scheler, Dictionnaire d’étymologie française, 1862 → consulter cet ouvrage
Tout ou partie de cet article est extrait du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition, 1932-1935 (rêve), mais l’article a pu être modifié depuis.