rabonnir

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

→ voir re- et abonnir

Verbe [modifier]

rabonnir transitif 2e groupe (conjugaison)

  1. (Vieilli) Rendre meilleur.
    • Du mot Soracté on a fait saint Oreste; du mot Rabboni on a fait saint Raboni, qui rabonnit les maris jaloux ou qui les fait mourir dans l'année ; […]. — (Voltaire, article « Bekker », dans le Dictionnaire philosophique, dans les Œuvres de Voltaire, Paris : chez Pourrat, 1838, vol. 2 , p. 480)
    • Je ne consentirai jamais à changer la figure du Christ de place. Je n'en sens point la nécessité, et si mon tableau était mauvais, ce changement ne le rabonnirait point. — (Antoine Jules Dumesnil, Histoire des plus célèbres amateurs français et de leurs relations avec les artistes, Paris : chez Jules Renouard, 1858, vol. 3, p. 146)
    • Aussi, la nature et l'art, associés dans ces vitrines, «rabonnissent» en quelque sorte ce que la rue et la fabrique - éléments de la culture urbaine - auraient eu d'incongru pour la représentation d'une idéologie artistique si raffinée. — (Marie-Josée Lément, L'architecture fonctionnelle: Le projet de José-Luis Sert pour l’École des Beaux-Arts de Besançon pose la question, Annales littéraires de l'Université de Besançon, 1982, p. 116)
Note : Il n’est usité qu’en parlant de certaines choses qui, n’étant guère bonnes d’elles-mêmes, ou qui, ayant été gâtées, deviennent ensuite meilleures.



rabonnir pronominal 2e groupe (conjugaison)

  1. (Vieilli) Devenir meilleur.
    • La deuxième série agit dans la cave, qui achève et parachève le produit, où la transformation du sucre en alcool s'achèvera lentement, où toutes les matières en suspension ou en dissolution restées dans le vin s'élimineront petit à petit, où le vin se pare, se rabonnit pour la vente. — (F.-V. Delécraz, « Constructions agricoles », in Revue tunisienne, Tunis : au Secrétariat général de l'Institut de Carthage, 1900, vol. 7, p. 172)
    • Ces lignes datent de 1811. Les hommes comme les choses avaient eu le temps de se rabonnir. — (Henri Calet, Acteur et Témoin, Mercure de France, 1959, p. 198)

Prononciation[modifier]

Références[modifier]