rambarde

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

(1445) Attesté sous la forme rambade et le sens de « construction élevée à la proue qui sert de plate-forme aux combattants (dans une galère) » ; (1773) rambarde « garde-fou élevé sur les gaillards et les dunettes » ; de l’italien rembata par l’intermédiaire du marseillais. Il est sans rapport étymologique avec rampe mais probablement issu du longobard *rammôn (« bélier », au sens militaire : « instrument servant à enfoncer » → voir ram).

Nom commun [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
rambarde rambardes
\ʁɑ̃.baʁd\

rambarde \ʁɑ̃.baʁd\ féminin

  1. (Marine) Garde-corps, balustrade placée autour d’une passerelle ou d’un gaillard.
    • Il atteignit le cargo en quelques brasses. À l’arrière, la grappe humaine se pressait toujours contre la rambarde. — (Robert Merle, Week-end à Zuydcoote, 1949, réédition Le Livre de Poche, page 135)
    • Pour un peu, on aurait cru être sur le plancher des vaches. Un seul coup d’œil par-dessus la rambarde remettait les pendules à l’heure. Il y avait déjà deux jours que le bateau filait vers le grand Nord, à la vitesse maintenue de vingt nœuds. — (Jean Lhassa, Dernières nouvelles d’ailleurs, Éditions Publibook, 2009, page 209)
    • Howard jette un coup d'œil aux profondeurs insondables des niveaux inférieurs par-dessus la rambarde et aperçoit un méli-mélo de robes cerise, de corps au bronzage artificiel et de chaussures de strip-teaseuse — (Elizabeth Day, Paradise City, traduit de l'anglais par Benoîte Dauvergne, éd. Poche City (Terra Nova), 2017)
    • (Par analogie)Un piaf curieux était déjà venu aux nouvelles. Posé sur la rambarde du balcon, il avait jeté un regard exploratoire dans la pièce. — (Denis Humbert, Une saison Caraïbe, Éditions Albin Michel, 2009, chapitre 7)
  2. (Par extension) Balusrade placée autour de la passerelle d’un moyen de transport.
    • Au matin donc le tramway emporte sa foule se faire comprimer dans le métro. […]. Après chaque aurore, ça les prend, ils s’accrochent par grappes aux portières, aux rambardes. — (Louis-Ferdinand Céline (Louis-Ferdinand Destouches), Voyage au bout de la nuit, Denoël et Steele, Paris, 1932 (réédition Gallimard, Folio #28, 2019, page 297)
  3. Parapet.

Variantes orthographiques[modifier le wikicode]

Traductions[modifier le wikicode]

Traductions à trier[modifier le wikicode]

Prononciation[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]