regimber

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

(XIIe siècle) Dérivé avec préfixe re-, de l’ancien français giber (attesté postérieurement), d’un radical *gib- d’origine inconnue [1], qui traduit l’action de ruer avec les pieds.
Le verbe est construit comme le latin re-calcitrare, de calx (« talon »), le radical est peut-être celui de guibole, guibolle, dérivé [1] de la forme normande guibon (« cuisse »), attestée à côté de gibon (« jambe ») → voir jambe, jambon, gambette et gambader.

Verbe[modifier]

regimber \ʁə.ʒɛ̃.be\ intransitif 1er groupe (conjugaison)

  1. (Hippologie) Refuser d’avancer en ruant, en parlant d’un cheval ou de toute monture, lorsqu’on les touche de l’éperon, de la houssine ou du fouet.
    • Les chevaux de Forcalquier seuls regimbent, trouvant la gare plus loin encore que d’habitude et prêts à prétendre que le train l’a emportée. (Jean Giraudoux, Retour d’Alsace - Août 1914, 1916)
  2. (Figuré) (Familier) Résister en refusant d’obéir.
    • Il n’y a pas à dire, mais quand les dieux ou les destins, comme vous voudrez, ont décidé qu’ils vous feraient trébucher sur la route de la gloire ou de la fortune, il est inutile de regimber. (Louis Pergaud, La Chute, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • Les mots tirés du grec et les doubles lettres, […] ; c’est contre quoi la langue a regimbé constamment depuis Ronsard. (Émile Faguet, Simplification simple de l’orthographe, 1905)
    • Acceptez-en l’image qui, en soi, n’est pas désagréable, et progressez sans trop regimber ; de toute façon, il s’agit d’un livre d’aventures. Comment pourrait-on d’ailleurs dénommer autrement tout livre qui prétend traiter de l’homme et du langage ? (Alfred Tomatis, L'oreille et le langage, 1991, page 12, édition du Seuil)
    • Comme beaucoup de ceux qui ont vécu au contact de la douce foule végétale, je connais sa bienveillance, et je regimbe devant un rythme artificiel qui transforme la germination et la lente croissance en ruées, les éclosions en bâillements de fauves, le gloxinia en trappe, le lys en crocodile et les haricots en hydres. (Colette, Gigi, page 191, 1945, Hachette)

Dérivés[modifier]

Vocabulaire apparenté par le sens[modifier]

Traductions[modifier]

Références[modifier]