relever

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

(XIe siècle) Dérivé de lever avec le préfixe re-.

Verbe[modifier le wikicode]

relever \ʁəl.ve\ ou \ʁə.lə.ve\ ou (Familier) \ʁlə.ve\ transitif direct, transitif indirect voire intransitif 1er groupe (conjugaison)

  1. (Transitif) Remettre debout ce qui était tombé ; remettre une chose dans la situation où elle doit être, une personne dans son attitude naturelle.
    • Mazeppa, qui n’a plus la force de se tordre dans ses nœuds, gît, inerte, bleuâtre et glacé, ne sachant pas que, selon la magnifique expression du poète, il va se relever roi. (Théophile Gautier, Théodore Chassériau vu par Gautier, La Presse, 27 mars 1844)
    • Lourdement, balayant de ses larges plis le plateau, la masse du velum rouge dégringola du cintre avant de remonter, pour retomber et se relever de nouveau. (Francis Carco, L’Homme de minuit, Éditions Albin Michel, Paris, 1938)
    • Relever un enfant qui a fait une chute.
    • Relever un blessé.
    • Relever une chaise qu’on a fait tomber.
    • Relever une statue, une colonne qui est renversée.
    • Le navire, qui penchait, se releva lentement.
    • On avait couché la tige de cette plante, elle s’est relevée d’elle-même.
  2. (Transitif) (Marine)
    • Relever un bâtiment : Le remettre à flot.
    • Relever l’ancre : La changer de place, la mettre dans une autre situation.
  3. (Transitif) (Jeux)
    • Relever les levées qu’on a faites : Ramasser les cartes qui ont été jouées, les retourner et les mettre devant soi.
    • Relever les cartes : Les rassembler, réunir le jeu.
    • (Figuré) (Familier) Relever le gant : Accepter un défi.
    • Une amie ayant eu pitié de moi, m'avait donné une recette inratable, facile même pour un enfant de 4 ans, m'avait-elle assuré. OK relevons ce nouveau défi. (Sophie Bergart, Les tribulations d'une Parisienne à la campagne, Éditions du Panthéon, 2015)
    • Se relever : En parlant d’une personne, se dit particulièrement pour « se remettre sur ses pieds ».
    • Il glissa sur le sol et eut beaucoup de peine à se relever.
    • Voilà un enfant qui est tombé, aidez- le à se relever.
  4. Signifie aussi sortir de nouveau du lit.
    • Il a été obligé de se relever quatre fois cette nuit.
    • Il ne saurait demeurer au lit, il se relève à tout moment.
  5. Rétablir ce qui était tombé, ce qui était ruiné, ce qui était à l’abandon.
    • Faire relever des murailles.
    • Relever des fortifications.
    • Relever un fossé.
    • Relever une maille, Reprendre une maille rompue ou simplement tombée.
  6. (Figuré) Remettre dans un état de prospérité antérieur.
    • Relever une maison, une famille, une personne.
    • Le père avait ruiné la famille, le fils l’a relevée.
    • Il lui fallait une grande alliance pour relever sa maison.
    • Il a fait un héritage important, cela l’a relevé.
  7. (Figuré) Se remettre.
    • Se relever de quelque perte, de quelque échec, etc.
    • Cette perte, cette banqueroute l’a accablé, il ne pourra jamais s’en relever.
  8. (Figuré) Sortir, en parlant d’un état.
    • D'autre part, la crise très sérieuse que le Maroc traverse en ce moment, crise amenée précisément par les tendances réformatrices de Mouley Abd-El-Aziz, démontre à l'évidence que le Maghrib, plongé depuis des siècles dans une léthargie profonde, ne se relèvera jamais de ses propres forces. (Frédéric Weisgerber, Trois mois de campagne au Maroc : étude géographique de la région parcourue, Paris : Ernest Leroux, 1904, p. 14)
  9. (Figuré) Avoir du succès après un four.
    • Cette pièce, qui était presque tombée à la première représentation, s’est relevée aux représentations suivantes : Elle y a obtenu du succès.
  10. (Figuré) (Familier)
    • Relever quelqu’un du péché de paresse : L’obliger par des reproches, des ordres pressants, des menaces, à travailler, à mieux remplir ses devoirs.
  11. (Figuré) Reprendre un titre qui a été abandonné.
    • Relever un titre.
    • — Est-ce qu’il y a encore un prince des Laumes ? » demanda Gilberte qui était intéressée par tout ce qui touchait des gens qui n’avaient pas voulu lui dire bonjour pendant si longtemps. « Mais non, répondit avec un regard mélancolique et caressant la duchesse. — Un si joli titre ! Un des plus beaux titres français ! » dit Gilberte, un certain ordre de banalités venant inévitablement, comme l’heure sonne, dans la bouche de certaines personnes intelligentes. « Hé bien oui, je regrette aussi. Basin voudrait que le fils de sa sœur le relevât, mais ce n’est pas la même chose, au fond ça pourrait être parce que ce n’est pas forcément le fils aîné, cela peut passer de l’aîné au cadet. (Marcel Proust, Albertine disparue, 1925)
  12. (Figuré) Exciter, ranimer.
    • Relever le courage, relever les espérances de quelqu’un.
  13. Hausser, rendre plus haut.
    • Ce terrain est trop bas, il faut le relever de trois pieds.
    • Il faut relever ce plancher pour le mettre au niveau du palier de l’escalier.
    • Relever sa tête, la tête : La lever, la hausser lorsqu’elle était baissée.
    • Relever la tête : (Figuré) Reprendre du courage, de l’audace.
    • Cette faction, qu’on croyait abattue, relève la tête.
  14. (Figuré) Augmenter.
    • Relever un prix.
  15. Retrousser.
    • En sabots, les manches relevées sur leurs bras blancs, les filles balayaient le devant des boutiques. (Francis Carco, Brumes, Éditions Albin Michel, Paris, 1935, p. 158)
    • Relevez votre robe, votre manteau. — Relever les bords d’un chapeau.
  16. (Équitation) Lever les pieds très haut au galop, au trot ou au pas.
    • Les chevaux anglais ne relèvent point.
    • Relever un cheval : Le soutenir de la main et de l’éperon pour lui faire porter la tête plus haute et l’asseoir sur les hanches.
  17. (Cuisine) Donner un goût plus piquant, un plus haut goût à des assaisonnements, à des sauces, à des ragoûts.
    • Le vinaigre, le jus de citron relèvent une sauce.
    • Il manque à ce ragoût quelque chose qui le relève.
  18. (Figuré) Se dit, dans un sens analogue, en parlant des ouvrages de l’esprit.
    • Il faut que le style soit simple, mais non sans quelque agrément qui le relève.
    • Rien ne relève la platitude de cet ouvrage.
    • Son attitude à demi martiale, sa figure rose et bienveillante, son front pur sous ses cheveux poudrés, relevaient ce pastel, médiocre peut-être, des grâces de la jeunesse et de la simplicité. (Gérard de Nerval, Les Filles du feu, Sylvie, 1854)
  19. (Figuré), Faire paraître davantage une chose, lui donner plus de relief, plus d’éclat.
    • Cette garniture relèvera votre toilette.
    • La couleur de cette étoffe relève votre teint.
    • Relever la beauté.
    • Sa modestie relève toutes ses autres qualités.
    • Relever sa condition, sa dignité, sa charge : Honorer sa condition, sa dignité, donner du lustre, de l’éclat aux fonctions qu’on remplit.
    • Il a bien relevé sa charge par son mérite personnel.
  20. (Figuré) Faire valoir, louer, exalter une chose.
    • Relever une bonne action, en relever le mérite.
    • Vous relevez trop le peu que j’ai fait.
  21. Faire remarquer, souligner ; se dit en bonne et en mauvaise part.
    • Il se plaît à relever les beautés d’un ouvrage, au lieu d’en faire remarquer les défauts.
    • Cette parole avait été dite sans mauvaise intention, elle ne méritait pas d’être relevée.
    • Relever les fautes d’un écrivain.
    • Il a dit mille choses spirituelles que personne n’a relevées.
    • Relever un mot piquant, etc. : Répondre vivement à celui qui l’a dit.
    • Il m’a décoché une épigramme, mais je l’ai bien relevée.
    • À l’appui de cette thèse, les commentateurs relèvent les « nombreux latinismes » du Selon-Marc, comme si ces latinismes (qui ne touchent en fait qu’au vocabulaire) pouvaient n’être pas ceux d’un traducteur et non du rédacteur primitif lui-même […] (Bernard Dubourg, L’Invention de Jésus, tome I, « L’Hébreu du Nouveau Testament », Éditions Gallimard, Paris, 1987, p. 17)
  22. (Figuré)
    • Relever quelqu’un, Le reprendre avec aigreur, en lui faisant voir qu’il a parlé mal à propos.
    • Il avait avancé une proposition choquante, mais on l’a bien relevé.
  23. (Chasse)
    • Relever un défaut ou, simplement, Relever : Retrouver la voie que l’on avait perdue.
  24. Prendre en note ; dresser un état.
    • Sur les alpages de Miage et du Truc, 54 microtoponymes ont été relevés dont 22 mentionnés sur la carte IGN série bleue au 1/25 000e Saint-Gervais - Les Bains (3531 est). (Hubert Bessat & ‎Claudette Germi , Lieux en mémoire de l'alpe: toponymie des alpages en Savoie et Vallée d'Aoste, ELLUG, 1993, p.32)
  25. (Commerce)
    • Relever un compte : Prendre note des opérations portées sur ce compte.
  26. (Topographie) (Hydrographie) Déterminer, au moyen du compas de marine ou d’autres instruments, la position d’un objet et la reporter sur une carte, sur un plan.
    • Relever un cap, un vaisseau, à telle partie de l’horizon.
    • Relever un plan : Prendre le plan d’une ville, d’une place, etc.
  27. (Militaire) Remplacer, mettre un nouveau corps de troupes à la place d’un autre.
    • Relever la garde, les postes, une troupe.
    • Relever de garde une compagnie.
    • Cette division vient d’être relevée.
  28. Se dit pareillement du corps, de la troupe même qui succède à une autre dans un poste.
    • Cette troupe va relever telle compagnie.
    • Relever une sentinelle, un factionnaire : Ôter un soldat qui est en sentinelle et en mettre un autre à sa place.
    • C’est au caporal à relever les sentinelles.
  29. Se dit également du soldat qui prend la place de celui qu’on ôte de sentinelle.
    • C’est un tel qui a relevé son camarade de sentinelle.
  30. (Absolument)
    • C’est lui qui relèvera un tel.
  31. (Marine) Changer, prendre la relève.
    • Relever le quart, le timonier.
  32. Remplacer une autre personne.
    • Je suis fatigué de lire, relevez-moi.
    • Nous nous relevions d’heure en heure.
  33. (Droit) Libérer d’un engagement, d’un contrat, lequel est déclaré nul ou cassé pour cause de lésion ou d’une nullité de fait ou de droit.
    • Tout mineur lésé est en droit de se faire relever des actes qu’il a passés en minorité.
    • Il fut relevé de ce contrat, de cette obligation.
    • Se faire relever de ses vœux : Faire déclarer ses vœux nuls.
    • Relever quelqu’un d’un serment.
    • Relever quelqu’un d’une interdiction : Lever l’interdiction portée contre lui.
    • Relever quelqu’un de ses fonctions : Le révoquer.
  34. Commencer à se porter mieux, en sorte qu’on n’est plus contraint de garder le lit.
    • Il relève de maladie : Il vient d’être malade.
    • Cette femme relève de couches : Elle vient de se rétablir de ses couches.
    • Son Excellence, après qu'Angélique de Longueval fut relevée de couches, lui envoyait son carrosse assez souvent. (Gérard de Nerval, Les Filles du feu, Angélique, 1854)
  35. Se guérir, se rétablir.
    • On n’espère pas qu’il en relève.
  36. (Jurisprudence féodale) Être dans la mouvance d’une seigneurie, dans le vasselage d’un seigneur. En ce sens il se disait tant des terres et des fiefs que des personnes.
    • Ce fief, cette terre relevait de telle seigneurie, de tel seigneur.
    • C’était une fort belle terre, qui ne relevait que du roi.
    • Il relevait d’un tel, à cause de sa terre de…
  37. (Par extension) Être dans une sorte de dépendance de quelqu’un ; ressortir à.
    • Au point de vue juridique, les juifs relevaient de leurs rabbins et de la loi mosaïque dans les question de statut personnel ; pour le reste ils étaient justiciables, comme les musulmans, des caïds et des cadis. (Frédéric Weisgerber, Au seuil du Maroc Moderne, Institut des Hautes Études Marocaines, Rabat : Les éditions de la porte, 1947, p. 30)
    • Il veut ne relever de personne. — Cette administration relève de telle autre.
    • Cette affaire relève de la correctionnelle, de la Cour d’assises : Elle est du ressort de la police correctionnelle, de la Cour d’assises.
  38. (Figuré) (Familier)
    • Cela ne relève que du mépris : Il n’y a qu’à mépriser cette injure, cette accusation.
    • Faire croire aux pauvres qu’ils mangeront toujours à leur faim grâce à Dieu, faire croire aux faibles qu’ils seront forts grâce à Dieu, relève simplement de l’escroquerie. (Olivier Bach, Dieu et les religions à l’épreuve des faits, livre numérique, [inlibroveritas.net], 2009, pp. 76-77)
  39. (Médecine) Placer une personne sur un brancard en vue de la transporter.

Variantes orthographiques[modifier le wikicode]

  • arlever (Québec) (en transcription seulement)

Dérivés[modifier le wikicode]

Traductions[modifier le wikicode]

Traductions à trier[modifier le wikicode]

Prononciation[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]