reluquer

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

Avec préfixe re-, de l’ancien français luquier, luquer (« regarder ») → voir look.

Verbe [modifier]

reluquer \ʁǝ.ly.ke\ transitif et intransitif 1er groupe (conjugaison)

  1. (Familier) Lorgner curieusement du coin de l’œil.
    • Elle la reluquait depuis sa jeunesse, en connaissait les tenants et aboutissants, défauts et avantages ; et ce désir était comme un cancer qui la minait. — (Gustave Flaubert, Bouvard et Pécuchet, Lemerre, Paris, 1881)
    • Le visage du Prince conservait une sévérité de mauvais augure ; les deux officiers l’observaient du coin de l’œil ou jetaient un bref regard sur Bert. Il y avait quelque chose d’un peu étrange, comme de la curiosité et de l’appréhension, dans la façon dont ils reluquaient de côté leur chef. — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, p. 164 de l’éd. de 1921)
    • Il avait endossé pour la circonstance un complet vert — peut-être un peu voyant — et orné sa cravate d’une perle qu’il reluquait sans fausse honte, ni, je dois bien le dire, une ombre de vanité. — (Francis Carco, Images cachées, Éditions Albin Michel, Paris, 1928)
    • Le long des boutiques éclairées, des ombres se succédaient sans hâte. Il y avait des nègres, quelques Chinois, des blancs. Tous reluquaient les filles. — (Francis Carco, Brumes, Éditions Albin Michel, Paris, 1935, p. 41)
  2. (Familier) (Figuré) Désirer, convoiter.
    • Il reluque cette terre, cette maison, cet héritage.

Traductions[modifier]

Références[modifier]