renauder

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

(c. 1800) Dénominal de renaud[1].

Verbe [modifier le wikicode]

renauder \ʁə.no.de\ intransitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. (Désuet) Vomir.
  2. (Argot) Être de mauvaise humeur, être en colère.
    • C’était mézigue d’habitude qui renaudait de ne pouvoir garder Fabienne toute la nuit près de moi, because les préjugés de sa vieille daronne, une pimbêche qui parvenait pas à se faire une idée précise de notre époque. — (Albert Simonin, Le cave se rebiffe, Série noire, 1954, page 42)
    • Le « mon loup » me fait renauder in petto ; j’aime pas les petits noms d’amour, ça fait mièvre. — (Frédéric Dard (San-Antonio), Le Secret de Polichinelle, Fleuve Noir, 1958, page 75)
  3. (Argot) Refuser, renâcler.
    • Je donne un bon en blanc.
      — Eh ! nous le savions bien, que vous ne renauderiez pas !
      — (Jules Vallès, L’Insurgé, G. Charpentier, 1908)
    • — Quand je pense, Debedeux, que je renaudais pour venir là, en paradis, fallait que je sois pomme et racorni ! — (René Fallet, Le Beaujolais nouveau est arrivé, chapitre IX ; Éditions Denoël, Paris, 1975)
    • Je vois pas ce que je peux faire mieux que le Gros, je renaudai, sentant le piège. — (Albert Simonin, Le cave se rebiffe, Série noire, 1954, page 68)
    • Y fait ni une ni deux, y […] sort sa clarinette, et entreprend d’l’enfiler en levrette à la surprenante. La môme qui d’vait être ourdée à mort quand elle s'était pieutée, renaude, marmonne : « Qu'est-ce c'est ? Qu'est-ce qui s’passe ? — (Claude Croubois, Retour à Tours, rue Basse, Geste Éditions, 2009)

Synonymes[modifier le wikicode]

→ voir rouspéter

Dérivés[modifier le wikicode]

Prononciation[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]

  • Dictionnaire historique d’argot, Lorédan Larchey, 1878