robin

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher
Voir aussi : Robin

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

(Nom 1) (1310) Diminutif de Robert qui était employé pour désigner notamment un paysan, un sot ou un prétentieux.
(Nom 2) (avant 1621) dérivé de robe avec le suffixe -in.

Nom commun 1 [modifier]

Singulier Pluriel
Masculin robin
\ʁɔ.bɛ̃\
robins
\ʁɔ.bɛ̃\
Féminin robine
\ʁɔ.bin\
robines
\ʁɔ.bin\

robin \ʁɔ.bɛ̃\ masculin (équivalent féminin : robine)

  1. (Vieilli) Personne de peu, prétentieuse ou sotte.
    • C’est un plaisant robin.
    • (Emploi adjectival) Avec beaucoup d’esprit, elle [Mme de Sabran] était insinuante, plaisante, robine, débauchée, point méchante, charmante surtout à table. — (Louis de Rouvroy de Saint-Simon, Mémoires complets et authentiques du duc de Saint-Simon, tome XXIX, ch. 481, H.-L. Delloye, Éditeur, Paris, 1840 (nouvelle édition, revue et corrigée), p. 252)
  2. Mouton, taureau.
    • Ils étaient plus de mille,
      Et m’ont laissé ravir notre pauvre Robin !
      Robin mouton, qui par la ville
      Me suivait pour un peu de pain,
      Et qui m’aurait suivi jusques au bout du monde !
      — (Jean de La Fontaine, Fables, livre IX, fable 19 (« Le Berger et son troupeau »))
    • (Emploi adjectival) En entrant, pour s’y fixer, dans ce Paradis, les robines amies de François aperçurent […] l’agneau de La Fontaine. — (Francis Jammes, Le Roman du lièvre, Mercure de France, Paris, 1903, p. 49)

Dérivés[modifier]

Nom commun 2[modifier]

Singulier Pluriel
Masculin robin
\ʁɔ.bɛ̃\
robins
\ʁɔ.bɛ̃\
Féminin robine
\ʁɔ.bin\
robines
\ʁɔ.bin\

robin \ʁɔ.bɛ̃\ masculin (équivalent féminin : robine)

  1. (Vieilli) (Péjoratif) Terme de mépris, de dénigrement ou de plaisanterie dont on se sert en parlant des gens de robe (les magistrats).
    • Les gentilshommes, lorsqu’ils discutent leurs droits, doivent aujourd’hui soumettre la cause au jugement d’un tas de robins. — (Alexandre Dumas, Joseph Balsamo, 1846)
    • Arrière, robin crotté ! place,
      Petit courtaud, petit abbé,
      Petit poète jamais las
      De la rime non attrapée !
      — (Verlaine, Romances sans paroles, Ariettes oubliées, VI, 1873)
  2. (Vieilli) (Péjoratif) Avocat.
    • La Glauquaie, séparée de nous par l’Erdre, ses tourbières, ses prés rongés de petit jonc, c’était un peu la réplique de La Fouve, mais à l’envers : une maison de mâles, habitée par deux hommes, le gros Ténor et son Ténorino. Je veux dire : maître Méliset senior, membre du Conseil de l’ordre, et maître Méliset junior, Maurice pour ses intimes, robin comme son père et comme lui avocat des conserveries nantaises. — (Hervé Bazin, Qui j’ose aimer, Grasset, 1956, p. 36)
    • Maurice reconquit son grand sérieux de robin qui va plaider. — (Hervé Bazin, Qui j’ose aimer, 1956, p. 205)

Dérivés[modifier]

Traductions[modifier]

Anagrammes[modifier]

Voir aussi[modifier]

Références[modifier]

Ancien français[modifier]

Étymologie[modifier]

Emploi métaphorique de Robin.

Nom commun [modifier]

robin \Prononciation ?\ masculin

  1. Robinet.
    • À l’environ des fontaines et robins.
  2. Vanne.

Apparentés étymologiques[modifier]

Dérivés[modifier]

Références[modifier]

Anglais[modifier]

Étymologie[modifier]

(XVIe siècle) Raccourci de Robin Redbreast (1450), de l’ancien français Robin, diminutif de Robert.

Nom commun [modifier]

Singulier Pluriel
robin
\ˈrɒb.ɪn\
robins
\ˈrɒb.ɪnz\
European robin (1)
American robin (2)
Olive-backed Forest robin (3) (Stiphrornis pyrrholaemus Schmidt et al., 2008)

robin

  1. (Ornithologie) Rouge-gorge, rubiette (Erithacus rubecula Linnaeus, 1758).
  2. (Ornithologie) (États-Unis) Merle d’Amérique (Turdus migratorius Linnaeus, 1766), nommé comme le rouge-gorge européen à cause de sa poitrine rougeâtre.
  3. (Ornithologie) Terme générique pour des passereaux colorés.

Dérivés[modifier]

Prononciation[modifier]

Voir aussi[modifier]

  • robin sur Wikipédia (en anglais) Wikipedia-logo-v2.svg