roubine

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Voir aussi : Roubine

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

Du latin rupina (« rocaille ») via l'ancien occitan Robina qui désigne le Canal de la Robine, proprement « canal creusé dans un terrain rocailleux », puis « canal », apparenté à La Robine-sur-Galabre. Voir ravine qui a influencé la dérivation sémantique.

Nom commun [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
roubine roubines
\ʁu.bin\
Une roubine devant une rizière en Camargue. (1)

roubine \ʁu.bin\ féminin

  1. (Provence) Canal de communication d'un étang salé avec la mer ; canal d’adduction d’eau douce.
    • On évalue à deux mille deux cents mètres cubes l'eau que les deux branches ensemble portent ordinairement à la mer, sur quoi il faut pourtant prélever environ deux cents mètres cubes qui s'écoulent à certaines époques dans les marais par les roubines. — (M. de Rivière, « Mémoire sur la Camargue », dans les Annales de l'agriculture française, 2e série, tome 34, Paris : chez Madame Huzard, avril 1826, p. 127)
    • Messieurs, par une délibération en date du 2 avril 1905, la municipalité de Noves expose qu’à la suite de l'acquisition faite par cette commune du moulin Rassis et de la roubine ou canal qui sert à y amener les eaux, elle a dû, pour faire face à cette dépense, contracter un emprunt de 6.000 francs. — (Conseil général des Bouches-du-Rhône (France), Procès-verbaux des délibérations, 1905, page 602)
    • Les lentilles d'eau font de la roubine un chemin vert tendre entre saules et frênes. — (Lise Gros, Couleur dimanche, couleur Camargue, 2003, page 35)
  2. (Pédologie) Sol friable, en pente, constamment raviné ou remanié.
    • On peut rapprocher de sols sableux certaines formes extrêmement dégradées des pâturages subalpins, […]. Ils sont constitués par ce que Lebrun décrit sous le nom de « roubines ». Ce sont de grands bassins de réception en « terre noire ». — (Henri Gaussen, Géographie des Plantes, Armand Colin, 1933, page 170)
    • Le Callovo-Kimméridgien (représenté par les étages du Callovien, de l’Oxfordien et du Kimméridgien, soit de -160 à -141 ma) est constitué par les très connues « Terres Noires » : Ce sont en fait des marnes qui forment des roubines suite à leur intense érosion. — (ÉTUDE PLURIDISCIPLINAIRE DU SITE DE BARELS (COMMUNE DE GUILLAUMES-ALPES MARITIMES), TOME IV, GÉOGRAPHIE HUMAINE & PATRIMOINE NATUREL, 2003/2004)

Variantes[modifier le wikicode]

Traductions[modifier le wikicode]

Anagrammes[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]