running gag

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier | modifier le wikicode]

Étymologie[modifier | modifier le wikicode]

De l'adjectif anglais running (« continu », « ininterrompu ») et du nom anglais gag (« blague », « histoire drôle »).

Locution nominale[modifier | modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
running gag running gags
\rœ.niŋ.gæg\

running gag \rœ.niŋ.gæg\ masculin

  1. (Narration) Procédé littéraire qui prend la forme d’une blague, d’une plaisanterie ou d’une allusion humoristique dont l’effet comique repose sur sa répétition, à au moins deux reprises, sous la même forme ou sous une forme légèrement modifiée.
    • Dans En attendant Godot, le running gag réitère périodiquement le fait qu’en réalité, il n’y a pas de fait : on attend Godot, mais Godot ne vient jamais.
  2. Blague qui tire son comique du fait de sa répétition.
    • Les déclarations de Nicolas Sarkozy sur l’opportunité de lire la Princesse de Clèves sont devenues un genre de running-gag culturel. (Libération, Next Magazine, 02.042011 )
  3. (Par extension) Sujet, référence, remarque etc. qui est une continuelle source d’humour.
    • Le Président ne cesse de répéter que Fukushima n'est pas un accident nucléaire mais un tsunami et que ni le site de Fessenheim (en Alsace), ni celui de Saint-Laurent-des-Eaux (sur la Loire) ne sont menacé par un tel événement et que donc, il n'y a pas de problème : un running gag revenu plusieurs fois cette semaine. (G. La., Essence, un sketch de Nicolas Sarkozy, Libération, 29.03.2012.)

Variantes orthographiques[modifier | modifier le wikicode]

Apparentés étymologiques[modifier | modifier le wikicode]

Vocabulaire apparenté par le sens[modifier | modifier le wikicode]

Hyperonymes[modifier | modifier le wikicode]

Voir aussi[modifier | modifier le wikicode]

Références[modifier | modifier le wikicode]

  • Dictionnaire des séries télévisées, sous la dir. de Nils C. Ahl et Benjamin Fau, Paris, Ed. Philippe Rey, 2011.