s’asseoir

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
(Redirigé depuis s'asseoir)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

(Date à préciser) → voir s’ et asseoir

Verbe [modifier le wikicode]

Photographie d’une personne âgée s’asseyant sur un fauteuil rouge.
Une personne âgée en train de s’asseoir.

s’asseoir \s‿a.swaʁ\ pronominal 3e groupe (voir la conjugaison) (orthographe traditionnelle)

  1. Se mettre sur son séant.
    • Elle le salua sans lui parler, une simple inclination, un signe de sa main l'invitèrent à s’asseoir ; […]. — (Marie-Jeanne Riccoboni, Histoire d’Ernestine, 1762, édition Œuvres complètes de Mme Riccoboni, tome I, Foucault, 1818)
    • Elle s’assit sur une chaise, lourdement. Un eût dit qu’une fatigue, tout d’un coup, lui avait cassé les membres. — (Octave Mirbeau, La Bonne, dans Lettres de ma chaumière, 1885)
    • (Bijouterie) Je lui passai la chaîne autour du cou, puis, nous étant assis, nous mangeâmes de bon appétit. — (Erckmann-Chatrian, Histoire d’un conscrit de 1813, J. Hetzel, 1864)
    • Nous nous asseyons autour d'une table où une place reste vide : celle du ministre de la Guerre. — (Joseph Caillaux, Mes Mémoires, I, Ma jeunesse orgueilleuse, 1942)
    • Dans la salle à manger, marron et or, pleine de lumières, je me suis assis à la table d’hôte. C’est un scintillement général, un brouhaha, le grand empressement vide du début des repas. — (Henri Barbusse, L’Enfer, Éditions Albin Michel, Paris, 1908)
  2. (Spécialement) S'installer sur une chaise ou dans un fauteuil pour marquer un temps d'arrêt dans ses activités et éventuellement marquer de l'intérêt pour un interlocuteur.
    • Dans la vie, parfois, il faut prendre prendre le temps de s'asseoir pour réfléchir à un problème.
    • Vous vivez un conflit? Pourquoi ne pas vous asseoir ensemble et en parler?
    • Il y a une disponibilité qui nécessite que l'on s'arrête, il y a une qualité de présence mutuelle que l'on ne peut connaître qu'en prenant le temps de s'asseoir. Bien souvent, en France, on emploie l'expression « il faudrait qu'on parle », là où les Africains diront plutôt : « Il faudrait qu'on s'asseoie... » — (Jean-Marie Gueullette, Petit traité de prière silencieuse, Albin Michel, 2011, p. 68)
  3. (Figuré) Ne pas tenir compte de, désobéir.
    • S’asseoir sur ses principes.

Dérivés[modifier le wikicode]

Traductions[modifier le wikicode]

Prononciation[modifier le wikicode]