séminaire

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Voir aussi : seminaire

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

Du latin seminarium (« pépinière »), de semen (« graine »).

Nom commun [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
séminaire séminaires
\se.mi.nɛʁ\

séminaire \se.mi.nɛ\ masculin

  1. (Religion) Établissement religieux où l’on prépare les jeunes clercs à recevoir les ordres sacrés.
    • Le prix des matières premières étant peu considérable, la procure d'un séminaire pourrait livrer les pains d’autel à meilleur marché que ne le font les laïques , et ce serait un revenu net et assuré, que l'on pourrait appliquer à la fondation de quelques bourses. — (Abbés Jules Jacquin & Joseph Duesberg, Petite encyclopédie ecclésiastique, contenant ce qu'il importe le plus au curé de connaître, Paris : chez Victor Palmé, 1847, p. 319)
    • Le séminaire de tel diocèse, de Saint-Sulpice, de missions étrangères.
    • Petit séminaire, établissement religieux d’enseignement secondaire, où l’on élève les enfants principalement en vue du recrutement du clergé.
  2. (Par extension) Ensemble des ecclésiastiques et des élèves qui demeurent dans un séminaire.
    • Tout le séminaire assistait à ce sermon.
  3. Temps déterminé qu’on doit passer dans un séminaire pour être admis aux ordres sacrés.
    • Il commence, il finit son séminaire.
  4. Établissements où l’on se forme à une profession quelconque.
    • Cette école est un séminaire de bon officiers.
    • Cet établissement est un séminaire d’excellents ouvriers.
  5. (Enseignement supérieur) Groupe d'étudiants suivant un enseignement sur un thème particulier ou effectuant un travail pratique de recherche sous la direction d'un enseignant ; ensemble des séances de ce groupe.
    • Je n’ai jamais rien appris à l’université, alors que durant les deux premières années du séminaire de Devereux, je n’ai fait qu’apprendre. En deux ans, j’ai comblé cinq ans de vacuité universitaire — (Tobie Nathan, Ethno-roman)
  6. Réunion de professionnels en vue de l’étude d’un sujet particulier.
    • Au début des années 30, ce qui ne se nommait pas encore colloque, séminaire ou symposium, mais tout bêtement débat, commençait à prospérer. — (Françoise Giroud, Une femme honorable, Livre de Poche, p. 347)

Dérivés[modifier le wikicode]

Traductions[modifier le wikicode]

Prononciation[modifier le wikicode]

Voir aussi[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]