sérendipité

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher
Voir aussi : sérendipite

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

(1953) Emprunté à l’anglais serendipity, dérivé de Serendippo nom choisi parmi les multiples noms attribués à l’île de Taprobane (aujourd’hui Sri Lanka), par Cristoforo Armeno.

Nom commun[modifier]

Singulier Pluriel
sérendipité sérendipités
\se.ʁɑ̃.di.pi.te\

sérendipité \se.ʁɑ̃.di.pi.te\ féminin

  1. Fait de faire une découverte par hasard et par sagacité alors que l’on cherchait autre chose[1].
    • La sérendipité, découverte par chance et[2] sagacité de résultats pertinents que l’on ne cherchait pas, se rapporte au fait assez courant d’observer une donnée inattendue, aberrante et capitale (« stratégique ») qui donne l’occasion de développer une nouvelle théorie ou d’étendre une théorie existante. (Robert King Merton, Éléments de théorie et de méthode sociologique, traduit par Henri Mendras, Librairie Plon, 2e édition, 1965, p. 47)
    • La découverte du cisplatine et de la pénicilline sont deux exemples classiques de sérendipité, mais il y en a beaucoup d’autres. (Graham L. Patrick, Chimie pharmaceutique, 2002)
    • La sérendipité, ou l’art de trouver sans chercher en usant de sagacité. Mot étrange que Jean-Louis Swiners a proposé de traduire par zadigacité (assorti de l’adjectif zadigace), joli mot-valise voltairien qu’il définit ainsi : « Capacité à reconnaître intuitivement et immédiatement — et à exploiter rapidement et créativement — les conséquences potentielles heureuses et les opportunités offertes par un concours malheureux de circonstances (erreur, maladresse, négligence, incompétence, etc.) » (Marie-Anne Paveau, dans : « Ce lumineux objet du désir épistémique », in Louis de Mailly, Les Aventures des trois princes de Serendip, éditions Thierry Marchaise, 2011, p. 225)
    • Une double formation universitaire peut se révéler un atout majeur pour faire une découverte par sérendipité. (« Heureux hasard en médecine », Le Monde)
    • La sérendipité, outil épistémique, le permet. Elle conduit, d’une part, à interroger et à dévoiler certains aspects occultés de la découverte, et, d’autre part, elle invite à réfléchir sur comment on découvre. Elle nous fait découvrir notre mode de pensée. C’est par sérendipité que Poincaré, en réfléchissant sur ses découvertes mathématiques, prête attention à ces illuminations subites et inattendues survenant après une période de repos ou de diversion et les interprète comme étant « les signes manifestes d’un long travail inconscient antérieur. » Poincaré découvre le rôle du travail inconscient dans la recherche mathématique, il fait une découverte sur sa manière de découvrir. (Sylvie Catellin, « Sérendipité et réflexivité », dans : Alliages, n° 70, juillet 2012)
    • L’Aspirine, la pilule contraceptive, l’insuline, le Viagra, la pénicilline, des antihistaminiques et le vaccin antivariolique, le Scotchgard, le Teflon, le Velcro, le Nylon, le Post-it et la technologie derrière l’imprimante à jet d’encre HP. […] Toutes ces découvertes furent réalisées par sérendipité, cependant beaucoup moins par chance comme [sic] on pourrait le croire. Limiter la sérendipité à la chance ou à la veine est aussi naïf qu’inutile, en particulier considérer que la sérendipité est une compétence distincte (même rare) que l’on peut acheter comme n’importe quelle matière première. (Michel Operto, « Apprenez à utiliser la sérendipité pour être créatif », DantotsuPM.com, 21 avril 2013)
  2. (Par extension) Faculté, état d’esprit, art de réaliser une découverte scientifique dans des circonstances inattendues.
    • Les cas de sérendipité les plus célèbres furent la découverte du continent américain par Christophe Colomb […] celle de la loi de la gravitation par Newton et celle de la tarte Tatin. En réalité, ce mot a surtout servi dans le domaine scientifique pour désigner les nombreux cas où un chercheur, par le fait d’un hasard heureux, fait une découverte décisive en cherchant tout autre chose —à cette différence près toutefois, et qui est loin d’être négligeable, tant s’en faut, que celui qui cherche a dû se préparer mentalement à cette survenue inattendue, dont il est ainsi capable d’apercevoir l’intérêt en dépit du fait qu’elle se manifeste en dehors du cadre imparti par l’hypothèse de départ. (Denis Grozdanovitch, La Puissance discrète du hasard, Denoël, 2013, p. 74)
    • D’un côté, la curiosité est riche d’émancipation : c’est elle qui maintient notre attention ouverte à l’accueil du monde, qui nous porte à regarder à côté, à ne pas nous en laisser compter, à décentrer notre point de vue, tant il est vrai que se montrer curieux, faire preuve de sérendipité, faire montre d’ouverture à l’égard non seulement de ce que l’on cherche, mais de ce qui advient, est peut-être le seul moyen d’opérer des découvertes dignes de sens. (Franck Cochoy, De la curiosité : L’Art de la séduction marchande, 2011)
    • Sérendipité. Capacité cognitive à trouver, à découvrir (à la suite d’un incident éventuellement malheureux) ce que l’on ne cherchait pas, d’en comprendre l’intérêt et la valeur et de changer illico de stratégie. À l’origine d’un grand nombre de découvertes scientifiques (de l’aveu même de plusieurs prix Nobel), comme la pénicilline, et, en vrac, de la création de McDonald’s, de la conception du F-16 Fighting Falcon (l’avion de combat multirôles […]), de tous les édulcorants de synthèse actuellement sur le marché (aspartame, succharose, etc.), du Viagra, du madère, du Sauternes, des bêtises de Cambrai, […] de la tarte Tatin, etc. (Jean-Louis Swiners, Jean-Michel Briet, L’Intelligence créative, Maxima, 2004, p. 200)
    • Comme pour l’analyse historiographique, il ne faut surtout pas négliger les bénéfices d’une sérendipité quelque peu maîtrisée. (Émilien Ruiz, À propos des sources, 24 novembre 2011, site devhist.hypotheses.org (mot corrigé : bénéfice))
  3. Attitude d’esprit, style de vie, combinant ouverture d’esprit, curiosité et sérénité. [3].
    • Cette aptitude à accepter d’aller vers l’inconnu, à être ouvert à de nouvelles découvertes, cette ouverture à la sérendipité, raffermit ces adolescents dans une attitude de recherche plutôt que de résultats. (Pratiques juvéniles d’information : de l’incertitude à la sérendipité, www.cairn.info, 2012)
    • « L’un des enjeux actuels de l’urbanisme est donc de favoriser les lieux, les moments et les situations favorables à la sérendipité. Pour cela, il faut multiplier les possibilités et les occasions de rencontres non programmées et non immédiatement en plus spécifiques, pour chaque situation, pour chaque environnement, pour chaque individu. (Ariella Masboungi, Organiser la ville hypermoderne : François Ascher, Grand Prix de l’urbanisme 2009, Parenthèses, 2009)
    • Vous connaissez cette sensation :
      • Vous parcourez des liens de blogs [sic] d’une manière proche de l’aléatoire et tombez sur une discussion qui résout un de vos problèmes.
      • Vous lisez aléatoirement un livre de physique et trouvez le fil conducteur de votre présentation de la semaine prochaine.
      • Vous faites vos emplettes au rayon alimentaire pour chien et vous trouvez votre âme sœur.
      • C’est le charme puissant du mode Shuffle (aléatoire) d’un iPod (« Comment il a su que c’était la chanson que je voulais entendre à ce moment là ?… »). C’est la sérendipité. (Jean-François Ruiz, Ajoutez un peu de Sérendipité à votre vie !, 28 décembre 2007)
  4. (Sérendipité internétique) Fait de trouver sur Internet (web, blog, images, forum, vidéos, etc.) une information intéressante en interrogeant un moteur de recherche sur autre chose.
    • Sé-ren-di-pi-té. Le mot […] définit bien la démarche des lecteurs et internautes du Monde, avides d’informations et ouverts aux hasards des associations d’idées. […] En feuilletant un journal imprimé (ou sur tablette), le seul fait de passer d’un sujet à l’autre peut être source d’enrichissement et de formation d’idées ou d’opinions nouvelles. […] C’est aussi pour ça que, depuis le début de la deuxième vague Internet et la multiplication des blogs [sic], on « surfe sur le Net », comme on disait alors : pour jouer avec la sérendipité. (Didier Pourquery, Le Monde, 2–3 décembre 2012)
    • Sur le web, on utilise aussi le mot sérendipité pour évoquer les résultats inattendus d’une investigation par mots-clés faite à partir des moteurs de recherche […], mais […] leur « découverte » n’est pas comparable à une découverte archéologique. […] Il y a une grande différence entre le monde et le Web, entre une recherche sur les phénomènes du monde et une recherche sur le réseau. (Pek Van Andel et Daniel Bourcier, op. cit., p. 49)
    • Internet aura remis au goût du jour deux termes qui, en dépit de leur sonorité étrange, n’ont rien de grossier : sérendipité et procrastination. La sérendipité consacre l’art de réaliser une découverte de façon inattendue, très loin de l’objet de recherche initial. […] Appliquée à Internet, la sérendipité désigne tous ces trésors enfouis —articles, logiciels, chansons, vidéos— que l’on déniche par hasard au détour d’un lien. Les outils du web 2.0 favorisent ce zapping fructueux. […] De sens a priori contraires, ces deux termes ne sont en fait que les deux mamelles d’un même comportement d’internaute. En procrastinant sur le web, on peut tout à fait sérendipiter. Inversement, une navigation web au long cours peut, sous couvert de sérendipité, n’aboutir qu’à de la procrastination. (Xavier Biseul, « Tu sérendipites ou tu procrastines ? », 01net, 8 mars 2011)

Quasi-synonymes[modifier]

Antonymes[modifier]

Dérivés[modifier]

Vocabulaire apparenté par le sens[modifier]

Traductions[modifier]

Forme de verbe[modifier]

Conjugaison du verbe sérendipiter
Participe Présent
Passé (masculin singulier)
sérendipité

sérendipité \se.ʁɑ̃.di.pi.te\

  1. Participe passé masculin singulier de sérendipiter.

Voir aussi[modifier]

Références[modifier]

  1. Richard Gaughan, Génies par hasard, Dunod, 2012, traduction de Fortune or Failure: Missed Opportunities and Chance Discoveries, 1989
  2. En fait, dans le texte : ou. Mais il ne peut s’agir que d’une coquille d’autant plus curieuse que le texte anglais est donné un peu plus bas en note sur la même page : by accidents and sagacity. Nous avons corrigé.
  3. Anne Ancelin Schützenberger, « Par la chance d’un hasard heureux. Qu’est-ce que la sérendipité ? », in Le Plaisir de vivre, Payot & Rivage, 2009, pp. 19-50, passim.
  • Edward Solly, chimiste et bibliophile, An Index of Hereditary Titles of Honour, Londres, Longmans & Green, 1880, pp. v-vi
  • Robert King Merton, Social Theory and Social Structure, 1949
  • Robert King Merton, Éléments de théorie et de méthode sociologique, traduit par Henri Mendras, Plon, 1953
  • André George, directeur, Louis de Broglie physicien et penseur, Albin-Michel, Paris, 1953, p. 189 :
    Dans une de ses lettres à un ami, Walpole a forgé le mot de serendipité, formé comme il l’a dit en partant du titre d’un conte merveilleux Les Trois Princes de Serendip, dont les héros « faisaient toujours des découvertes, par accident et sagacité, d’objets qu’ils ne recherchaient pas ».
  • Gustave Durup, Robert Pagès, in Henri Piéron, Vocabulaire de la Psychologie, Presses Universitaires de France, 1954, p. 398
  • Louis de Mailly, Les Aventures des trois princes de Serendip, suivi de Dominique Goy-Blanquet, Marie-Anne Paveau et Aude Volpilhac, Voyage en sérendipité, Éditions Thierry Marchaisse, 2011 (ISBN 978-2-36280-003-0), nouvelle édition commentée des contes parus en 1719