s’entendre

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
(Redirigé depuis s'entendre)
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier | modifier le wikicode]

Étymologie[modifier | modifier le wikicode]

Forme pronominale du verbe entendre.

Verbe[modifier | modifier le wikicode]

s’entendre /s‿ɑ̃.tɑ̃dʁ/ pronominal intransitif 3e groupe (conjugaison)

  1. Avoir des relations amicales avec une personne.
    • Les Vervelle et les Grassou, qui s’entendent à merveille, ont voiture et sont les plus heureuses gens du monde. (Honoré de Balzac, Pierre Grassou dans Œuvres complètes, A. Houssiaux, t. 11 1855, p. 179)
    • Que de fois, en évoquant les entretiens passés d’Anna et de Claude, je m’étais dit : « Voilà deux hommes faits pour s’entendre. » (Louis Delluc, Monsieur de Berlin, E. Fasquelle, 1916)
  2. Se mettre d’accord sur quelque chose avec quelqu’un.
    • Eh bien ! tu le vois, il n’y a rien de tel que de s’expliquer : on finit toujours par s’entendre. (Alfred de Musset, Le Chandelier, 1835, acte I, scène 1)
    • Entendons-nous bien : à mes yeux, tout ce qui est parlementaire est essentiellement démocratique et populaire. (Saint-Marc Girardin, Du décret du 24 novembre 1860, ou De la réforme de la Constitution de 1852, Michel-Lévy frères, 1860, p. 19-20)
  3. Être expert en quelque chose, savoir comment s’y prendre.
    • C’est une fille qui s’entend au commerce et qui m’aidera dans la gestion de nos affaires. (George Sand, Mattea, 1835)
    • Car mademoiselle Anna Mirandot était une des plus jolies filles du Languedoc tout entier où les parents s’entendent à merveille à les faire. (Armand Silvestre, Nouvelles Gaudrioles, Librairie illustrée, 1899, p. 55)
    • Walder s’y entendait également à réparer un moteur, mais il était loin de valoir Gartner. (Arnould Galopin, Les Aventures d’un apprenti parisien, A. Michel, 1928, p. 653)
  4. Avec un verbe à l’infinitif (souvent dire, parler, appeler, traiter…), il correspond au verbe simple entendre.
    • Elle s’est entendu traiter de tous les noms.
    • En ville, on s’entend dire que de gros travaux débuteront bientôt.
    • Il y a des fois, quand je m’entends parler, je ne me reconnais plus.
  5. Savoir ce qu’on veut dire.
    • Il ne s’entend pas lui-même.
    • Je m’entends, cela suffit.
  6. Se comprendre l’un l'autre.
    • Ils s’entendent très bien sans se parler.
    • Ils s’entendirent à demi-mots.
    • Nous commençons à nous entendre. Nos avis, nos opinions commencent à ne plus différer autant.
    • Entendons-nous, comprenons-nous bien l’un l’autre, les uns les autres.
  7. (Sens passif) Être audible.
    • Peu à peu, des claquements de sabots s’entendirent, puis des pas étouffés de religieuses ; […]. (Joris-Karl Huysmans, La Cathédrale, Plon-Nourrit, 1915)
  8. (Sens passif) Être compréhensible.
    • Cela s’entend aisément. Cela est facile à comprendre.
    • Cela ne s’entend pas, on ne saurait comprendre cela.
    • Cela s’entend, cela s’entend de reste, Cela doit être ainsi, il faut bien que cela soit ainsi.
    • L’homme est libre, jusqu’à un certain point, s’entend.
  9. Se concerter avec quelqu’un.
    • J’ai besoin de m’entendre avec vous là-dessus.
  10. Agir de concert. (En particulier) Avoir avec quelqu’un une intelligence secrète.
    • S’entendre avec les ennemis.
    • Nos belles sont habiles. Je n’ai jamais couru cerfs dans mes forêts de Conches qui s’entendissent mieux à brouiller leur voie et à prendre les faux-fuyants. (Maurice Druon, Les Rois maudits, tome 1, « Le Roi de fer »)
  11. Sympathiser, vivre en bonne intelligence avec lui.
    • Il est d’un commerce agréable, et je m’entends fort bien avec lui.
    • Ils ne s’entendent guère ensemble.
    • (Familier) Ils s’entendent comme larrons en foire, se dit de gens qui sont d’intelligence pour faire quelque chose que l’on juge blâmable.
  12. Savoir bien faire une chose, s’y prendre bien.
    • Celui-là est défendu contre les quémandeurs trop opiniâtres par une sorte de femelle revêche, bourrue, grimaçante, qui s’entend à merveille à décourager les volontés les plus obstinées. (Victor Méric, Les Compagnons de l’Escopette, Éditions de l’Épi, Paris, 1930, p. 183)
    • Il s’entend à faire valoir une terre. — Il s’entend à mener une intrigue.
  13. Bien connaître un sujet artistique ou scientifique.
    • S’entendre en musique, en tableaux, etc. — S’y entendre en botanique, en mathématiques.
Note[modifier | modifier le wikicode]
Dans la définition 1, la construction du verbe n’est pas la même au singulier et au pluriel. Au singulier, on doit obligatoirement préciser avec qui on s’entend : Je m’entends bien avec lui. Au pluriel, on peut dire simplement : Nous nous entendons bien.
Le pronom réfléchi se n’est pas complément d’objet direct du verbe entendre, mais du verbe qui suit, ce qui signifie qu’aux temps composés, le participe entendu ne s’accorde jamais.

Traductions[modifier | modifier le wikicode]