salamandre

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

(1121) De l'ancien français salamandre, issu du latin salamandra, lui-même issu du grec ancien σαλαμάνδρα, salamándra.


Attestations historiques[modifier le wikicode]

Utagawa Kuniyoshi, Hangami Danjō-no-jō Arakage killing a giant salamander in the Tontagawa river in Izumo Province, 1834-1835
Un guerrier combattant une salamandre géante.
  • (XIIe siècle) Ceste beste numum, uncor un altre num, salamandre est dit, si cum truvum escrit. — (Philippe de Thaon, Le Bestiaire, 1121, § 1351-1354)
  • (XVIe siècle) Le feu bruſle & conſume toutes choſes, & neantmoins quelques uns diſent que la Salamandre, & un papillon nommé par les Grecs Pirauſta, par un ſecret de nature s'y nourriſſent. — (Pero Mexía, Les diverses leçons de Pierre Messie, Lyon, 1526, page 426)
  • (XVIIe siècle) Cardan rapporte en ſes ſubsilitez auſſi, que dans la forêt Hercyniéne ſe treuve quantité de pierres vives autrement appellées Pyrites, leſquelles repreſentent auſſi naturellement & ſans aucun aide de l'art, diverſes formes & figures d'animaux en leurs ſuperficies, comme celles d'une Salamandre, d'un Coq, d'un Paſſereau de mer, d'un Eueſque mytré, & semblables ; voire méme celle de la bienheureuſe Vierge tenant ſon petit Ieſuſ entre ſes bras. — (Guillaume Granger, Paradoxe que les métaux ont vie, Paris, 1640, page 33)
  • (XVIIIe siècle) Vous ne ſavez peut-être pas ce que c'eſt qu'un Salamandre, c'eſt le nom que l'on donne à certains eſprits aériens, car on en diſtingue de deux ſortes ; les uns Sylphes, qui habitent dans les airs ; les autres ſont Salamandres qui vivent dans le feu ; ils prennent ſouvent la figure humaine, lorſqu'il leur prend envie de ſe répandre parmi les humains. — (Marie-Anne Robert, Le compte de Gabalis ou Entretiens sur les sciences secrètes, Amsterdam, 1788, page 338-339)

Nom commun 1 [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
salamandre salamandres
\sa.la.mɑ̃dʁ\
salamandra salamandra
Une salamandre (1)
salamandra salamandra
Une salamandre terrestre (2)

salamandre \sa.la.mɑ̃dʁ\ féminin

  1. (Zoologie) Amphibien à quatre pieds et à longue queue à section ronde, qui fait partie des urodèles.
    • Si la salamandre entendait et la taupe voyait, aucun homme sur terre ne vivrait. — (Claude Seignolle, Traditions populaires de Provence, volume 2, 1996)
  2. (En particulier) Nom générique pour désigner la Salamandre terrestre.
    • La peau de la salamandre secrète une substance laiteuse toxique et corrosive qui empêche son dessèchement et la protège des prédateurs. Elle lui permet de supporter, momentanément, la chaleur en diminuant la combustion des braises… Mais rapidement, la salamandre succombe. — (K. J., « La salamandre résiste-t-elle vraiment au feu ? », Science-&-Vie, juin 2014, n° 1161, page 124)

Notes[modifier le wikicode]

  • Peut être utilisé avec une majuscule (Salamandre) pour mettre en avant le fait qu’on donne un caractère générique au mot.

Synonymes[modifier le wikicode]

Dérivés[modifier le wikicode]

Hyperonymes[modifier le wikicode]

Hyponymes[modifier le wikicode]

Traductions[modifier le wikicode]

Nom commun 2[modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
salamandre salamandres
\sa.la.mɑ̃dʁ\
Représentation médiévale d'une salamandre (1)
Une pierre de salamandre (2)
Armoiries avec une salamandre (3)

salamandre \sa.la.mɑ̃dʁ\ masculin ou féminin (l’usage hésite)

  1. (Fantastique) Animal mythique qui a la faculté de vivre dans le feu et de s’en nourrir.
    • C’est pourtant du sein de cette fournaise, d’où la salamandre elle-même ne sortirait que calcinée, que le lendemain d’héroïques pompiers de Rouen et d’Orléans ont eu le courage et le bonheur d’arracher le double du grand livre de l’État, dont l’autre exemplaire avait, dit-on, péri la veille dans l’incendie du ministère des finances. — (Annales religieuses et littéraires de la ville et du diocèse d’Orléans, vol. 11, n° 10 du 3 juin 1871, Orléans : chez l’abbé Gélot & à l’imprimerie d'Ernest Colas, page 159)
  2. (Par analogie)(Vieilli)(Minéralogie) Nom autrefois donner à l'amiante, en raison de sa résistance au feu.
  3. (Par analogie)(Alchimie) Récipient que l’on portait au four.
    • Non, rien, si ce n’est, avec le sifflement de la cornue étincelante, les rires moqueurs d’un salamandre qui se fait un jeu de troubler mes méditations. — (Aloysius Bertrand, Gaspard de la nuit, 1842)
  4. (Héraldique) Meuble représentant la salamandre fantastique dans les armoiries, généralement représentée sous la forme d’un lézard à la tête contournée, crachant du feu et posée sur un brasier appelé patience.
    • La Société, après avoir donné un souvenir à ces antiques paroisses, a visité l’église d’Hartennes. Cet édifice, bâti en grande partie en grès qui abondent sur ce terroir, aurait un aspect assez triste, s’il ne rachetait ce défaut par un portail de la Renaissance, en pierres de taille, décoré d’une assez jolie rosace et portant des écussons et des salamandres fantastiques. — (Abbé Pécheur, « Excursion de la Société », dans le Bulletin de la Société historique et scientifique de Soissons, 6e séance : jeudi 9 juin 1859, vol. 13, Soissons : à la Société & Paris : chez Victor Didron, 1859, p. 52)
    • Le corps de la devise de François Ier était une salamandre dans les flammes.
    • D’azur à la salamandre d’argent dans sa patience de gueules, qui est de la commune de Belleville du Rhône → voir illustration « armoiries avec une salamandre »

Nom commun 3[modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
salamandre salamandres
\sa.la.mɑ̃dʁ\
Photographie d’un outil de cuisine.
Une salamandre moderne (1)
Félix Vallotton, Femme nue devant une salamandre, 1900
Une femme se réchauffant devant une salamandre (2)

salamandre \sa.la.mɑ̃dʁ\ féminin

  1. (Cuisine) Appareil de cuisine, sorte de four ne possédant que le gril supérieur, permettant de cuire, mais surtout de dorer ou de gratiner un plat.
  2. Poêle à combustion lente fabriqué entre 1883 et 1953 par la société Salamandre.
    • Le terrible hiver 40-41 vint avec toute sa rigueur. À longueur de journée, Henriette fourrait du charbon dans la vieille salamandre de dentelles noires, avec un long tuyau coudé, traversant la vaste pièce sans cheminée. — (Elsa Triolet, Le premier accroc coûte deux cents francs, 1944, réédition Cercle du Bibliophile, page 117)
    • On m’emmenait dans la salle à manger et ma mère m’asseyait sur ses genoux, à côté de la salamandre qu’on appelait la « Radieuse », du nom de sa marque de fabrique. Toujours craquetante de l’ardeur du charbon, la « Radieuse » était flanquée de deux longs réservoirs d’eau, qui pouvaient bien contenir chacun une dizaine de litres dont l’évaporation, sous l’influence de la chaleur, palliait la dessiccation de l’atmosphère ; la figure de femme qui était au centre —classique effigie de du genre République— justifiait ce nom féminin de « Radieuse » et faisait de l’engin une personnification du foyer domestique. — (Michel Leiris, L’Âge d’homme, 1939, réédition Folio, page 64)
    • Pas de chauffage ; l’hiver, l’appartement était glacé, à l’exception du bureau où ma mère allumait une salamandre ; même l’été, c’était toujours là que je travaillais. — (Simone de Beauvoir, Mémoires d’une jeune fille rangée, 1958, réédition Le Livre de Poche, page 134)
    • Son doux nez est mouillé, elle soupire d’aise devant la salamandre qui rougeoie. — (Sidonie-Gabrielle Colette, Le Képi, Fayard, 1943 ; réédition Le Livre de Poche, 1968, page 28)
    • […] en hiver, le rougeoiement de la Salamandre, les claquements du mica […] — (Jean-Paul Sartre, Les Mots, collection Folio, 1964, page 61)
    • Cette chaleur de salamandre garnie d’anthracite, c’était le Pérou… un bonheur difficile à apprécier pour les gens d’aujourd’hui qui mijotent toujours dans les 22, 25° de leur magasin et de leur bureau. — (Alphonse Boudard, Le Corbillard de Jules, Éditions de la Table Ronde, 1979, page 244)
    • Chacun restait dans son univers ou se calfeutrait l’hiver dans sa maison, enveloppé par la chaleur bien tiède de sa cuisinière à charbon de terre ou de boulets et d’une salamandre à anthracite. — (Édouard Bled, J’avais un an en 1900, Fayard, 1987, Le Livre de Poche, page 46)
    • Après le dîner, l’odeur du bois brûlant dans la salamandre invitait à la conversation. — (Luis Sepúlveda, Le Monde du bout du monde, 1989 ; traduit de l’espagnol du Chili par François Maspero, 1993, page 77)
    • — Cabri, il y a bien un gros poêle à bois chez ton autre Mamie, Oui? et bien on appelle parfois cela aussi une salamandre, quand c’est un poêle qui peut chauffer doucement et longtemps la maison. — (Jacqueline Hiberty, Dis-moi Mamou…, ‪TheBookEdition,‬ 2011, page 31)

Hyperonymes[modifier le wikicode]

Traductions[modifier le wikicode]

Prononciation[modifier le wikicode]

Voir aussi[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]

Ancien français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

Étymologie manquante ou incomplète. Si vous la connaissez, vous pouvez l’ajouter en cliquant ici.

Nom commun [modifier le wikicode]

salamandre \Prononciation ?\ masculin

  1. Salamandre.

Variantes[modifier le wikicode]

Dérivés dans d’autres langues[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]

Italien[modifier le wikicode]

Forme de nom commun [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
salamandra
\sa.la.ˈman.dra\
salamandre
\sa.la.ˈman.dre\

salamandre \sa.la.ˈman.dre\ féminin

  1. Pluriel de salamandra.