saltimbanque

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

Vient de l’italien saltimbanco, de même sens, lui même issu de l’expression salta in banco (« sauter sur le banc »).

Nom commun [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
saltimbanque saltimbanques
\sal.tɛ̃.bɑ̃k\

saltimbanque \sal.tɛ̃.bɑ̃k\ masculin

La famille du saltimbanque: l'enfant blessé (Gustave Doré).
  1. Bateleur qui débite ses boniments et fait ses exercices sur les places publiques, dans les foires.
    • La couleur, la forme, étaient d’un végétal ; mais d’un autre côté ces corps se déplaçaient tantôt en rampant avec une extrême lenteur, tantôt en exécutant des espèces de culbute à la façon des saltimbanques. — (Jean Louis Armand de Quatrefages de Bréau, Les Métamorphoses et la généagénèse, Revue des Deux Mondes, 2e période, tome 3, 1856 (pp. 496-519))
    • (...) rendez-vous de tout ce qui nous arrive de l’intérieur, tziganes, saltimbanques, montreurs d’ours. — (Pierre Loti, Aziyadé, 1879)
    • Il paraît que des saltimbanques sont installés sur la place. Ils ont disposé leurs roulottes, grouillantes d’enfants malpropres, juste devant le Grand Café. Ils vont monter un cirque et annoncent une représentation pour demain soir, la foire devant commencer dimanche. — (Germaine Acremant, Ces dames aux chapeaux verts, Plon, 1922, collection Le Livre de Poche, page 105.)
    • — Je ne vais pas laisser un travail régulier pour faire la saltimbanque et courir le cacheton, comme disent les artistes. — (Georges Chaulet, Les secrets de Fantômette, Hachette Jeunesse, 2011, p. 241)
  2. (Figuré) Bouffon de société et mauvais orateur qui débite, avec des gestes outrés, des plaisanteries déplacées.
    • Cet homme croit être plaisant, ce n’est qu’un saltimbanque.
    • Vous avez dit, Sire, vous avez dit en parlant de ce saltimbanque d'alcôve, vous avez dit, Sire : Voici le vrai roi de France ! — (Michel Zévaco, Le Capitan, 1906, Arthème Fayard, coll. « Le Livre populaire » no 31, 1907)
  3. (Familier) Homme sans consistance, dont les actes et les propos ne méritent aucune considération à cause de sa légèreté et de son manque de sérieux.
    • C’est un vrai saltimbanque.

Traductions[modifier le wikicode]

Prononciation[modifier le wikicode]

Voir aussi[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]