sauf-conduit

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher
Voir aussi : saufconduit

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

→ voir sauf et conduire.

Nom commun[modifier]

Singulier Pluriel
sauf-conduit sauf-conduits
\sof.kɔ̃.dɥi\

sauf-conduit \sof.kɔ̃.dɥi\ masculin (orthographe traditionnelle)

  1. (Média) Document qui atteste la permission au porteur de se déplacer sur le territoire de l’ennemi, en temps de guerre.
    • Que ma fille Rébecca se rende à York, répondit Isaac, avec votre sauf-conduit, noble chevalier, […]. (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
    • Le capitaine Mondelli part pour Bordeaux afin d’y chercher des ordres. Les Allemands ne lui donnant pas de sauf-conduit, l’intrépide officier est contraint de se déguiser […]. (Général Ambert, Récits militaires : L’invasion (1870), p. 439, Bloud & Barral, 1883)
    • A l’origine , la frontière définissait un droit de sortie. Avant qu’on invente le passeport en Europe au XIXe siècle, il y avait des sauf-conduits, c’était avant tout pour éviter que les ressortissants d’un pays puissent échapper à la conscription. (Michel Foucher : «Le régime frontalier dominant est celui de l’ouverture» propos recueillis par Marc Semo et Catherine Calvet publiée dans Libération le 30 septembre 2015)
  2. (Figuré) Chose qui permet de se déplacer, ce qui serait impossible sans.
    • Je m’empresse de m’éloigner de la fenêtre car l’homme de garde de la cour ouest s’approche, je reprends en vitesse mon seau et mon balai qui ne me quittaient jamais, car cela me servait de sauf-conduit pour naviguer à travers la prison et dans les cours. (André Courvoisier, Le Réseau Heckler : De Lyon à Londres, France-Empire, Paris, 1984, page 258)

Variantes orthographiques[modifier]

Quasi-synonymes[modifier]

Traductions[modifier]

Références[modifier]