sauter

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

Du latin saltare (« danser »), lui-même lié à une racine indo-européenne *sel- qui a donné « haltère » via le grec ancien ou le latin salire (« sauter ») qui a donné en français « saillir », « assaillir », etc.

Verbe [modifier]

sauter \so.te\ intransitif ou transitif 1er groupe (conjugaison)

Cheval sautant un obstacle.
  1. S’élancer en l’air, soit pour retomber au même endroit, soit pour franchir un espace.
    • Et Le Gonidec saute à l’eau aveuglante. Il nage tant bien que mal, et donne contre une échelle. Il s’y cramponne […] — (José Gers, Sur la mort du Pourquoi pas ?, France libre, vol. 6, 1936)
    • Le roi, en rocquant, ne doit sauter que deux cases, c'est à-dire, que la tour avec laquelle il rocque, se mettra sur la case attenant immédiatement au roi, et celui-ci, sautant par dessus, se placera de l'autre côté de la tour. — (Hilaire Le Gai, Almanach des jeux : Académie nouvelle, Paris : Passard, 1853, p.168)
    • Sauter d’un bateau dans un autre.
    • Sauter à terre.
    • Il sauta dans la rivière.
    • Sauter sur un cheval.
    • Sauter en selle.
    • Sauter en croupe.
    • Sauter de joie.
    • Un cheval qui saute.
    • Faire sauter un cheval.
    • Un oiseau qui saute de branche en branche.
    • Faire sauter un chien par-dessus un bâton.
    • Sauter à bas de son lit : Descendre vivement de son lit.
    • Sauter à la corde : Sauter par-dessus une corde qu’on fait tourner en l’air.
  2. (Billard) Faire tomber, en jouant, hors de la table du billard, en passant par-dessus les bandes.
    • Faire sauter une bille.
    • La bille a sauté.
  3. (Jeux) Rétablir avec dextérité un jeu de cartes dans l’état où il était avant qu’on l’eût coupé.
    • Faire sauter la coupe.
  4. (Cuisine) Cuire à feu vif en agitant de temps en temps la casserole.
    • Faire sauter un poulet, un lapin, des légumes, etc.
  5. Exploser, se détruire d'un coup, voler en éclats.
    • Tout à coup, comme dans le récit de Violetta, le bruit d'un vitrail qui saute en éclats. — (Michel Zévaco, Le Capitan, 1906, Arthème Fayard, coll. « Le Livre populaire » no 31, 1907)
    • Et ce ne fut pas une lente décadence qui surprit le monde européanisé ; les civilisations antiques pourrirent et s’effritèrent ; la civilisation européanisée sauta d’un coup, pour ainsi dire. En l’espace de cinq ans, elle fut entièrement ébranlée et détruite. — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, p. 392 de l’éd. de 1921)
    • Forer des carottes dans le roc, en analyser les teneurs, placer des bâtons de cheddite au fond de la galerie, les faire sauter, faire sauter toute la montagne ... — (Michel Goeldlin, Panne de cerveau, Éditions Alban, 2004, p.220)
    • Faire sauter la cervelle à quelqu’un : Lui exploser la tête d’un coup de feu.
    • Se faire sauter la cervelle.
  6. (Figuré) (Familier) Faire faillite.
    • Cette banque a sauté : Elle a fermé ses guichets.
  7. (Figuré) (Familier) Perdre son emploi, sa place. Virer quelqu’un.
    • Faire sauter quelqu’un.
    • Je le ferai sauter.
    • On l’a fait sauter.
  8. (Figuré) (Familier) Être supprimé.
    • Je suis déjà rentré, mon prof de physique étant en formation, mon cours a sauté.
  9. S’élancer avec vivacité sur quelqu’un, sur quelque chose.
    • Sauter au collet, à la gorge de quelqu’un.
    • Il a sauté sur ses armes pour se défendre.
    • Il a sauté sur lui pour le frapper.
    • Sauter au cou de quelqu’un : L’embrasser avec empressement.
  10. (Figuré) Parvenir d’une place inférieure à une place plus élevée, sans passer par les degrés intermédiaires.
    • Cet élève a sauté de la troisième à la première.
  11. Passer subitement, rapidement d’une chose à une autre qui est différente, qui n’a point de liaison avec elle.
    • Sauter d’un sujet à un autre.
    • Il saute d’une idée à une autre, sans transition.
  12. Passer d’un chapitre, d’une phrase, d’un paragraphe à un autre, dans un texte sans s’arrêter à ce qui est entre les deux.
    • Vous pouvez sans inconvénient sauter tout de suite au chapitre suivant.
  13. (Marine) Changer brusquement de direction.
    • Mais, ô malheur! le vent saute au sud-ouest et nous enveloppe d'un brouillard épais. — (Jules Leclercq, La Terre de glace, Féroë, Islande, les geysers, le mont Hékla, Paris : E. Plon & Cie, 1883, p.39)
  14. (Transitif) Franchir en s’élançant en l’air.
    • Sauter un fossé.
    • Sauter la barrière.
    • Ce cheval saute bien les obstacles.
  15. (Transitif) Omettre, passer quelque chose en récitant, en lisant, en transcrivant, etc.
    • Sauter un passage.
    • Il a sauté deux feuillets.
    • Le copiste a sauté deux lignes.
    • Le pianiste a sauté une mesure.
  16. (Transitif) (Haras) (Rare) Saillir, couvrir une jument.
    • Cet étalon a sauté tant de juments.
  17. (Transitif) (Vulgaire) Posséder sexuellement.
    • Je comprends le type qui saute une vieille mocharde, parce qu’il se dit : – Elle va me filer le chèque dont j’ai besoin si je l’enfouraille comme elle veut. — (Honoré Bostel, Le roman d'un turfiste, Éditions La Table ronde, 1975)
  18. (Transitif) (Argot) Arrêter.
    • J’aurais dû le calotter, oui, n’est-ce pas, l’arrêter là-bas, et ce serait fini. […] C’est ainsi, fit le policier. On ne saute pas toujours qui on veut, où l’on veut. — (Francis Carco, Messieurs les vrais de vrai, Les Éditions de France, Paris, 1927)

Synonymes[modifier]

Dérivés[modifier]

Apparentés étymologiques[modifier]

Traductions[modifier]

Prononciation[modifier]

  • France  : écouter « sauter [so.te] »

Homophones[modifier]

Anagrammes[modifier]

Voir aussi[modifier]

Références[modifier]