scénique

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

(Siècle à préciser) Du latin scaenicus (« de scène »).

Adjectif [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
Masculin
et féminin
scénique scéniques
\se.nik\

scénique \se.nik\ masculin et féminin identiques

  1. Relatif à la scène, au théâtre.
    • Aucun d'eux, tel Eschyle ou Molière, n'a souci du lieu scénique. La scène n'a plus que le forme d'un réduit, d'une alcôve ; elle ne requiert plus que le lit. — (Jean Vilar, De la tradition théâtrale, L'Arche, 1955. Cent ans de théâtre)
    • En quoi leur vécu stylisé et codé par les normes du genre opératique, leurs émotions transmises par le biais de lois musicales et scéniques, ont-ils le pouvoir de concerner non seulement les générations passées mais aussi celles de demain ? — (Aurore Rivals, « La construction de livrets », dans Les opéras de Peter Eötvös entre Orient et Occident, publié par Márta Grabócz, éd. Archives contemporaines, 2012, page 36)
    • À 20 ans à peine, il atteint une immense popularité, créant des émeutes sur son passage, faisant de chacune de ses apparitions télé et scéniques – dans les cabarets – un événement. Michel Louvain chante l’amour à un public qui en redemande. — (Sandra Godin, Le Québec perd son gentleman: Michel Louvain décède des suites du cancer de l'œsophage, Le Journal de Québec, 15 avril 2021)
  2. Qui convient à la scène.
    • Autres comportements scéniques : une femme tire la tête de son mari en rêvant qu’elle cueille des pommes, un homme enfile le drap comme un pantalon, plonge comme pour attraper un ballon de foot et se cogne violemment au radiateur, un patient voulant échapper à un éléphant recule dans le lit jusqu’à se retrouver carrément assis sur sa femme ! — (Marc Gozlan, Tout le monde rêve, même ceux qui disent ne jamais rêver sur Réalités Biomédicales. Mis en ligne le 17 mars 2017, consulté le 30 mars 2017)
    • Confortablement installée à ma fenêtre, je goûtais la morsure du soleil, un bouquin à la main, quand une puissante impression scénique m’a saisie.. — (Yseult Rontard, « Carnet de la drôle de guerre », dans la newsletter du 23/04/220 de Philosophie Magazine.)

Traductions[modifier le wikicode]

Voir aussi[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]