se rappeler

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

→ voir se et rappeler

Verbe [modifier]

se rappeler \sə ʁa.ple\ ou \sə ʁa.pə.le\ pronominal transitif direct 1er groupe (conjugaison)

  1. (Figuré) Faire revenir dans la mémoire.
    • Il serait maintenant impossible à aucun de nous de se rien rappeler de lui — (Gustave Flaubert, Madame Bovary, 1857)
    • Je me rappelle l’inquiétude qui s’était emparée de moi en voyant combien ce fameux «  bon français », qui était notre langue écrite, était incapable de nous exprimer et de m’exprimer. — (Charles Ferdinand Ramuz, Lettre à un éditeur, Six Cahiers 2, Lausanne 1928)
  2. (Le complément d’objet direct est un infinitif)
    • J’ai retrouvé là, dans l’ombre, trois autres statues de plomb, descendues de je ne sais où, que je me rappelle avoir vues, à cette même place, étant tout enfant, en 1815, lors des mutilations d’édifices, de dynasties et de nations qui se firent à cette époque. — (Victor Hugo, Choses vues I, 1840-1841, Funérailles de Napoléon, Ollendorff, Paris 1913, p. 53.)
  3. (Vieilli) (Emploi transitif indirect devant un infinitif)
    • Les personnes de quarante à cinquante ans peuvent se rappeler d'avoir vu la rampe des théâtres illuminée par des biscuits , et les coulisses éclairées avec des chandelles. — (« Théâtre », dans le Dictionnaire chronologique et raisonné des découvertes, inventions, etc., en France, dans les sciences, la littérature, les arts, l'agriculture, le commerce et l'industrie de 1789 à la fin de 1820, Paris : chez Louis Colas, 1824, vol. 15, p. 665)


Note[modifier]
Par analogie avec la construction « se souvenir de quelque chose », certains disent « se rappeler de quelque chose » (emploi transitif indirect). Malgré un emploi bien attesté depuis le XVIIIe, l’Académie française considère que cet usage est fautif : en effet, se rappeler se construit avec un complément d'objet direct. Ainsi, dans la citation de Flaubert ci-dessus, le complément d'objet direct est le pronom rien (de lui) pris dans son sens originel de quelque chose (de lui) [1].

Traductions[modifier]

Références[modifier]