se repentir

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

Du bas latin repoenitere, composé de re- et poenitere, altération du latin paenitere par l'influence de poena (« peine »). Voir pénitent, pénitence.

Verbe[modifier]

se repentir \sə ʁə.pɑ̃.tiʁ\ pronominal 3e groupe (conjugaison)

  1. (Religion) Ressentir le regret d’une faute avec le désir de la réparer ou de n’y plus retomber.
    • Et je lui ai donné du temps, afin qu'elle se repentît de sa prostitution; mais elle ne s’est point repentie. Apocalypse 2:21, traduction Martin.
    • Repens-toi, ma fille, avoue tes sorcelleries, abandonne ta fausse religion ; embrasse ce saint emblème, et tu pourras encore être heureuse en ce monde et dans l’autre. (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
    • Mais j’ai accompli pour de justes causes des actes injustes, et de cela je me repens. (Maurice Druon, Les Rois maudits, tome 2, « La Reine étranglée »)
  2. Regretter d’avoir fait ou de n’avoir pas fait une chose.
    • Hercule a la fougue d’Achille, mais bien plus de bonté. S'il a méfait, il se repent, répare. (Jules Michelet, Bible de l'Humanité, Calmann-lévy, 1876, p.223)
    • Je me repentis fort, ainsi que vous devez penser, d’avoir épousé cette pastoure... (Octave Mirbeau, Le colporteur,)
    • Venez à la messe, ne manquez pas mon prône surtout, j’ai quelque chose de très sérieux, de très intéressant, de très grave à vous apprendre ; venez, vous verrez que vous ne vous en repentirez pas. (Louis Pergaud, Le Sermon difficile, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • [Napoléon] s'est souvent aussi repenti de n'avoir pas fait fusiller Fouché et Talleyrand. (François-René de Chateaubriand, Mém., t. 2, 1848)

Dérivés[modifier]

Traductions[modifier]

Prononciation[modifier]

Références[modifier]