simarre

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

De l’italien zimarra, lui-même de l’espagnol zamarra (→ voir chamarre). Selon Jean-Baptiste-Bonaventure de Roquefort cela viendrait d'un mot turc signifiant "peau de martre", car souvent les simarres étaient doublées de fourrure.
Attesté en 1619, sous la forme chimarre « ample vêtement d’une riche étoffe, porté par les hommes ou les femmes ».

Nom commun [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
simarre simarres
\si.maʁ\
Un homme portant une simarre (1).

simarre \si.maʁ\ féminin

  1. (Habillement) Sorte de soutane que certains magistrats, ou certains professeurs d'université, portent sous leur robe. Vêtement religieux.
    • Il est représenté sous le costume de médecin, revêtu d'une simarre, laquelle est recouverte d’un manteau surmonté d'un collet rabattu. — (Jean-Baptiste-Joseph Boulliot, Biographie ardennaise ou Histoire des Ardennais qui se sont fait remarquer par leurs écrits, leurs actions, leurs vertus et leurs erreurs, Paris, 1830, vol.2, p.65)
    • Et l'abbé de Fulda leur rit dans sa simarre — (Victor Hugo, La Légende des Siècles, Le Régiment du baron Madruce, v. 693)
  2. (Habillement) Habillement long et traînant, dont les femmes se servaient.
    • J’y consens ; revêtons-nous de ces simarres de gaze ; elles ne voileront de nos attraits que ce qu’il faut cacher au désir. — (Sade, La Philosophie dans le boudoir, page 30, folio, Gallimard)
    • Si l’antiquité est par excellence l’époque où l’on n’avait pas de vêtement, elle est aussi, sous un autre aspect, celle des femmes à longues robes ou simarres, telles Lucrèce et Judith qui, lorsqu’elles ne sont pas nues, sont enveloppées de grandes chemises de nuit. — (Michel Leiris, L’âge d’homme, 1939, collection Folio, page 63.)
  3. (Habillement) Vêtement d'apparat porté par les notables et seigneurs, notamment par les sénateurs vénitiens (xvie s. et xviie s.) et le chancelier de France.
  4. (Habillement) Revers, de soie ou de satin noirs, de chaque côté des boutons de la robe de magistrat.
    • Le magistrat du tribunal d'instance porte une robe noire avec une épitoge sur l'épaule gauche, sa robe étant doublée sur le devant de deux simarres en soie, qui descendent de chaque côté des boutons de la robe, tandis que la robe du greffier n'a ni épitoge ni simarre. — (Maître Eolas, Au fait, comment on fait un procès ? 3ème et dernière partie, 22 juillet 2005 → lire en ligne)
  5. (Habillement) Article d’habillement de riche tissus, porté par les hommes et les femmes. Variante : chimarre.
  6. (Habillement) Soutane d'intérieur à camail et sans manche (croquis joint).
  7. (Habillement) Robe de chambre que des prélats ou les magistrats mettaient parfois par dessus leur robe.
  8. (poétique) Manteau
    • Et tout cela virginalement revêtu de glace et de neige, empaqueté d’une simarre étincelante d’eau, d’azur et de lumière ! — (Paul Claudel, Le Cantique des Cantiques)

Traductions[modifier le wikicode]

Variantes[modifier le wikicode]

Anagrammes[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]