songer

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

Du latin somniare.

Verbe [modifier]

songer transitif ou intransitif 1er groupe (conjugaison)

  1. (Vieilli) Voir en songe, rêver.
    • Qu’avez-vous songé cette nuit ? — J’ai songé telle et telle chose.
  2. (Figuré) Être occupé, être préoccupé par
    • Ne songer que chasse, que combats, que bals, que fêtes, etc.
  3. (Vieilli) Faire un songe, rêver.
    • Je dormais et je songeais. — Songer d’eau bourbeuse.
  4. (Plus courant) (Figuré) Se livrer à la rêverie.
    • À quoi songes-tu donc ? s’informa la maîtresse du logis, surprise de l’inattention qu’elle lisait dans les yeux de l’artiste. Tu n’as pas de contrariétés. — (Francis Carco, L’Homme de minuit, Éditions Albin Michel, Paris, 1938)
  5. Penser ; faire attention ; prendre garde.
    • […], et, songeant qu’il faudrait bientôt nous quitter, nous nous assîmes tristement près de l’âtre où dansait la flamme rouge. — (Erckmann-Chatrian, Histoire d’un conscrit de 1813, J. Hetzel, 1864)
    • Sous le porche, un boueux attendait l'arrivée de la voiture en songeant que, par un temps pareil, elle ne viendrait sans doute pas. — (Francis Carco, Brumes, Éditions Albin Michel, Paris, 1935, p. 62)
    • On pourra songer aussi au déhanché gracieux que Musset arbore, par exemple, dans le célèbre dessin de Devéria […]. — (Valentina Ponzetto, Musset ou la Nostalgie libertine, p.156, Droz, 2007)
    • Mornet replia le journal. Il allait mal et nul ne songeait à le questionner, alors qu'il en mourrait d'envie. — (Pierre Saha, Le porteur de mauvaises nouvelles: Liancourt, avril 1972, une tragédie ordinaire, Éditions Ravet-Anceau, 2017)
  6. Avoir quelque vue, quelque dessein ou quelque intention.
    • Il songe à quitter Paris. — Il ne songe nullement au mariage.

Dérivés[modifier]

Apparentés étymologiques[modifier]

Proverbes et phrases toutes faites[modifier]

  • à quoi songez-vous ? (phrase qui s’emploie quelquefois par manière de reproche, en parlant à une personne qui fait ou qui dit quelque chose qui ne paraît pas raisonnable)
  • songez-vous ? (phrase qui s’emploie quelquefois par manière de reproche, en parlant à une personne qui fait ou qui dit quelque chose qui ne paraît pas raisonnable)
  • songez-y, songez-y bien (sorte de menace ou d’avertissement, suivant le ton que l’on prend pour le dire)
  • vous n’y songez pas ! (phrase qui s’emploie quelquefois par manière de reproche, en parlant à une personne qui fait ou qui dit quelque chose qui ne paraît pas raisonnable)

Traductions[modifier]

Prononciation[modifier]

Anagrammes[modifier]

Références[modifier]