sorcier

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

(Date à préciser) Du bas latin *sortiarius (« de sort », « jeteur de sort ») dérivé de sors, sortis (« sort »), de là sorcerius (VIIIe siècle, Gloses de Reichenau). Apparenté à sortero en espagnol, sortiere en italien.

Adjectif[modifier]

Singulier Pluriel
Masculin sorcier
\sɔʁ.sje\
sorciers
\sɔʁ.sje\
Féminin sorcière
\sɔʁ.sjɛʁ\
sorcières
\sɔʁ.sjɛʁ\

sorcier \sɔʁ.sje\

  1. (Familier) Difficile, mystérieux, ésotérique.
    • C’est quand même pas sorcier d’arriver à l’heure.
    • Il importe de faire savoir ce qu’on veut puisqu’on parle à un fétiche, plutôt à une personne sorcière qui se cache derrière le fétiche. (André Pierre-Claver Okoudjou, « Gbe ti ma djro »— : essai de démythification et de mémystification, 2006, Éditions du Flamboyant, page 92)

Nom commun[modifier]

Singulier Pluriel
Masculin sorcier
\sɔʁ.sje\
sorciers
\sɔʁ.sje\
Féminin sorcière
\sɔʁ.sjɛʁ\
sorcières
\sɔʁ.sjɛʁ\

sorcier \sɔʁ.sje\ masculin

  1. (Fantastique) Personne à qui on attribue le pouvoir surnaturel de lancer des sorts, des sortilèges.
    • D'ici furent dirigés ces inquisiteurs qui allèrent brûler Vaudois, cathares, fraticelles, béguins, sorciers, envoûteurs, magiciens, flagellants, ou juifs convertis, mais soupçonnés de sortilèges. (Ludovic Naudeau, La France se regarde : Le problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)
    • Les personnes bien disposées envers elle sont prêtes à croire qu'elle est sorcière, qu'elle a le pouvoir de jeter des sorts, de fasciner « par le seul regard ». (Gregory Hanlon, L'univers des gens de bien : culture et comportements des élites urbaines en Agenais-Condomois au XVIIe siècle, Presses universitaires de Bordeaux, 1989, p.203)
    • La Saint-Jean joue un grand rôle dans la sorcellerie; c'est ce jour-là que Messieurs les sorciers et Mesdames les sorcières allaient cueillir les herbes destinées à leurs maléfices. (Gustave Fraipont, Les Vosges, 1895)
  2. (Par extension) Personne qui pratique une magie, soit pour guérir, soit pour envoûter.
    • Rabalan était le dernier représentant d’une famille de sorciers qui, durant plus d’un siècle, régnèrent dans Trélotte. Son arrière-grand-père, son grand-père, son père, tous ses oncles et tous ses cousins avaient été sorciers, et l’on racontait d’eux des choses terribles et merveilleuses. (Octave Mirbeau, Rabalan,)
    • Les Groenlandais danois sont devenus de bons chrétiens ; ils persistent toutefois, à témoigner leur confiance à l'« Angakok ». Ce personnage important peut être comparé au rebouteux ou sorcier de nos campagnes. (Jean-Baptiste Charcot, Dans la mer du Groenland, 1928)
  3. (Figuré) et (Populaire) Personne méchante.
    • La sorcière leva la tête à l’entrée de Rébecca, et regarda la belle juive avec cette envie méchante dont la vieillesse et la laideur unies à de mauvais penchants ont coutume de gratifier la jeunesse et la beauté. (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)

Dérivés[modifier]

Proverbes et phrases toutes faites[modifier]

  • il ne faut pas être grand sorcier (pour faire, pour deviner telle chose) (il ne faut pas avoir beaucoup d’habileté pour la faire, beaucoup de pénétration pour la deviner)

Traductions[modifier]

Prononciation[modifier]

Paronymes[modifier]

Anagrammes[modifier]

Voir aussi[modifier]

Références[modifier]

Ancien français[modifier]

Étymologie[modifier]

Du latin ; voir ci-dessus.

Nom commun[modifier]

sorcier \Prononciation ?\ masculin (équivalent féminin : sorciere)

  1. Sorcier.
    • L’orde et vieille sorciere. (Berte, XII)
    • Li sorciers et les sorcieres si errent contre la foy. (BEAUMANOIR, XI, 25)

Synonymes[modifier]

Dérivés[modifier]

Nom commun[modifier]

sorcier \Prononciation ?\ masculin

  1. Variante de sourcier.

Références[modifier]