soutane

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Voir aussi : Soutane

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

(XVIe siècle) Apparaît en 1550, sous la plume de François Rabelais et la forme sottane et le sens de « longue robe, portée par une femme ». Puis, en 1553-57 sous la forme soutane et le sens actuel de « longue robe portée par un prêtre » chez Joachim Du Bellay.
Emprunté à l’italien sottana (« jupe »), féminin de sottano (« vêtement de dessous »), substantif de l’adjectif sottano (« inférieur, mis dessous »), du latin vulgaire *subtanus, dérivé de subtus (« en dessous »).

Nom commun [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
soutane soutanes
\su.tan\
Prêtres en soutane.

soutane \su.tan\ féminin

  1. (Habillement) (Religion) Vêtement boutonné du haut en bas et tombant jusqu’aux pieds, que portent les ecclésiastiques.
    • […] il n’eut que le temps de réendosser prestement sa soutane et de filer en hâte à la sacristie pour revêtir les habits sacerdotaux. — (Louis Pergaud, « Le Sermon difficile », dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • Le clergé, en soutane, grand manteau, bonnet carré, ou en robe violette et en rochet, occupait la première place. — (François-Auguste Mignet, Histoire de la Révolution française depuis 1789 jusqu’en 1814)
    • Les fumiers de Domremy ne suscitaient guère la sympathie du sous-préfet de Neufchâteau. Plus il les considérait, plus il lui paraissait inconcevable d'y aventurer la cappa magna de S. Em. le cardinal Nonce apostolique, les soutanes violettes des évêques et archevêques, et l'épée du représentant de l'Académie française. — (Maurice Lelong, Célébration du fumier, Le Jas du Revest-Saint-Martin (Haute-Provence) : chez Robert Morel éditeur, 1966, p. 158)
  2. (Par métonymie) État ecclésiastique.
    • Il a pris la soutane.
    • Il quitta la soutane, prit pendant quelques années l’habit gris comme on disait, alla vivre en province sous un autre nom, et put à ce prix éviter la Bastille. — (Charles-Augustin Sainte-Beuve, Port-Royal, 1840–1859)
  3. (Par métonymie) Représentant de l’autorité ecclésiastique catholique.
    • Un petit peuple serré de près aux soutanes restées les seules dépositaires de la foi, du savoir, de la vérité et de la richesse nationale. — (Refus global, 1948)

Synonymes[modifier le wikicode]

Apparentés étymologiques[modifier le wikicode]

Traductions[modifier le wikicode]

Voir aussi[modifier le wikicode]

  • soutane sur l’encyclopédie Wikipédia Wikipedia-logo-v2.svg

Références[modifier le wikicode]