sylphe

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

(Siècle à préciser) Du latin sylphus (« génie ») ou de silva, sylva (« forêt »), le mot semble être un mot-valise de sylva et nymphe et apparaît sous la plume de Paracelse à la Renaissance.

Nom commun [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
sylphe sylphes
\silf\

sylphe \silf\ masculin (équivalent féminin : sylphide)

  1. (Mythologie) Génie de l’air des mythologies celte, germanique et gauloise.
    • Elle s’était évanouie comme un sylphe sans laisser de traces de sa fuite. — (Gustave Aimard, Les Trappeurs de l’Arkansas, Éditions Amyot, Paris, 1858)
    • Ce n’étaient plus un petit bûcheron et une petite pêcheuse, — mais un Sylphe et une Ondine, lesquels, plus tard, furent unis légitimement. — (Gérard de Nerval, Les Filles du feu, Chansons et légendes du Valois, 1854)
    • Le silence, le vent contenu du jardin clos, les pages du livre rebroussées sous le pouce invisible d’un sylphe, tout semblait demander : « Où sont les enfants ? » — (Colette, La maison de Claudine, Hachette, 1922, coll. Livre de Poche, 1960, p. 6-7)
    • À mes yeux, il n’a pas changé c’est un sylphe de soixante-trois ans. Comme un sylphe, il n’est attaché qu’au lieu natal, à quelque champignon tutélaire, à une feuille recroquevillée en manière de toit. On sait que les sylphes vivent de peu, et méprisent les grossiers vêtements des hommes : le mien erre parfois sans cravate, et long-chevelu. De dos, il figure assez bien un pardessus vide, ensorcelé et vagabond. — (Colette, Sido, 1930, Fayard, page 92.)

Dérivés[modifier le wikicode]

Traductions[modifier le wikicode]

Prononciation[modifier le wikicode]

Homophones[modifier le wikicode]

Voir aussi[modifier le wikicode]

  • sylphe sur l’encyclopédie Wikipédia Wikipedia-logo-v2.svg

Références[modifier le wikicode]