télégraphe

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

De télé- et -graphe.

Nom commun 1[modifier]

Singulier Pluriel
Masculin
et féminin
télégraphe télégraphes
\te.le.ɡʁaf\

télégraphe \te.le.ɡʁaf\ masculin

  1. (Désuet) Appareil qui permettait de correspondre à de grandes distances avec une extrême rapidité.
    • Aux arrêts, dans les gares, tous les bruits du dehors – la sonnerie du télégraphe, le clac-clac rythmique du graisseur, […] –, tout cela vous arrive multiplié par le silence, rendu plus net par la nuit. (Octave Mirbeau, La Chambre close, Ernest Flammarion, Paris, 1920)
    • Un steamer en partance emporta la missive du caïd Maclean à Tanger, d'où la légation d'Angleterre la transmit par le télégraphe à Gibraltar et au Foreign Office. Et, à Londres, on fut informé de la mort du Sultan, alors qu'au Maroc on l'ignorait encore. (Frédéric Weisgerber, Trois mois de campagne au Maroc : étude géographique de la région parcourue, Paris : Ernest Leroux, 1904, p. 75)
  2. (Par extension) Administration publique qui assurait la transmission des télégrammes.
    • Bureau du Télégraphe. — L’administration des Postes et Télégraphes.
  3. Bureau où se faisaient les opérations télégraphiques.
    • Aller au télégraphe.

Dérivés[modifier]

  • télégraphe aérien (celui qui fonctionne au moyen d’appareils placés de distance en distance, sur un lieu élevé, qui transmettent des signaux de proche en proche)
  • télégraphe électrique (celui qui fonctionne au moyen d’un courant électrique)

Traductions[modifier]

Nom commun 2[modifier]

Singulier Pluriel
Masculin
et féminin
télégraphe télégraphes
\te.le.ɡʁaf\

télégraphe \te.le.ɡʁaf\ masculin et féminin identiques

  1. (Désuet) Opérateur télégraphiste.
    • Le télégraphe venait d'apporter la nouvelle que l'Assemblée nationale avait adopté les préliminaires de la paix : […]. (Charles Le Goffic, Le biniou du mobilisé (1871), dans Bourguignottes et pompons rouges, 1916, p.233)

Prononciation[modifier]

Voir aussi[modifier]

Références[modifier]