tabellion

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

(Date à préciser) Du latin tabellio (« clerc »).

Nom commun[modifier]

Singulier Pluriel
tabellion tabellions
\ta.bɛ.ljɔ̃\
ou \ta.be.ljɔ̃\

tabellion \ta.bɛ.ljɔ̃\ ou \ta.be.ljɔ̃\ masculin

  1. (Histoire) Officier public qui, dans les juridictions subalternes et seigneuriales, faisait fonction de notaire.
    • Il s’était rendu tout droit chez l’unique tabellion de l’endroit, lequel s’appelait maître Niquet. (Alexandre Dumas, Joseph Balsamo, 1846)
    • Pardonnez-moi, monsieur l’évêque, dit-elle en riant toujours, mais vous vous exprimez comme un tabellion. Ce n’est pas une déclaration d’amour, cela, c’est un inventaire ! (Michel Zévaco, Le Capitan, 1906, Arthème Fayard, coll. « Le Livre populaire » no 31, 1907)
    • […] Fauchelevant devint utile. Il était paysan, mais avait été tabellion, ce qui ajoutait de la chicane à sa finesse, et de la pénétration à sa naÏveté. Ayant, pour cause diverses, échoué dans ses affaires, de tabellion il était tombé charretier et manoeuvre. (Victor Hugo, Les Misérables, Tome I, Éditions Garnier Frères, 6 rue des Saintes-Pères, Paris, 1963, p. 627)
  2. (Par plaisanterie) Notaire.
    • D’abord, l’argent que tu lui as confié est chez le notaire. […]. Reste la galette. Je n’y tiens plus. Je fous le camp. Je vais voir le tabellion. (Victor Méric, Les Compagnons de l’Escopette, Éditions de l’Épi, Paris, 1930, p. 264)
    • Trempe dans l’encre bleue du Golfe du Lion
      Trempe, trempe ta plume, ô mon vieux tabellion.
      (Georges Brassens, Supplique pour être enterré à la plage de Sète)

Références[modifier]