tarif d’éviction

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Français[modifier le wikicode]

Wiki letter w.svg

Étymologie[modifier le wikicode]

→ voir tarif, de et éviction

Locution nominale [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
tarif d’éviction tarifs d’éviction
\ta.ʁif d‿e.vik.sjɔ̃\

tarif d’éviction \ta.ʁif d‿e.vik.sjɔ̃\ masculin

  1. (Commerce) Prix maintenu volontairement bas par un acteur d’un marché, afin de dissuader d’éventuels concurrents d’investir sur ledit marché.
    • Par ailleurs, France Télécom ne doit pas pratiquer un tarif d'éviction pour ses offres de gros d'accès haut débit activées livrées sur DSL au niveau infranational à destination d'une clientèle professionnelle. — (Arcep in Conseil d’État, décision n°351976, 4 juin 2012 → lire en ligne)
    • Ainsi, si autour de chez moi il y a une boulangerie qui a une part tellement forte du marché des croissants qu'on la considère comme un acteur dominant (genre 90% des ventes de croissants du coin). Quand une nouvelle boulangerie ouvre, elle fait une promotion intenable (le croissant à 10 centimes, mettons). On peut analyser ça comme la pratique d'un tarif d'éviction. Dans une boulangerie qui a une petite part de marché, ce serait simplement une promo pour attirer le client. Dans une boulangerie qui détient une part colossale du marché, c'est un tarif destiné à tuer les concurrents et assurer un monopole pour l'opérateur dominant sur le marché une fois que les concurrents auront coulé, auront été évincés (d'où le nom "tarif d'éviction"). — (Benjamin, Intermédiaires techniques, 8 octobre 2018 → lire en ligne)

Variantes[modifier le wikicode]

Traductions[modifier le wikicode]