taureau

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher
Voir aussi : Taureau

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

Diminutif de l’ancien français tor (« taureau »), du latin taurus « taureau », y compris le signe zodiacal.

Nom commun [modifier]

Singulier Pluriel
taureau taureaux
\tɔ.ʁo\
ou \to.ʁo\
Un taureau charolais. (1)
Un taureau de corrida. (2)

taureau \tɔ.ʁo\ ou \to.ʁo\ masculin (équivalent féminin : vache)

  1. (Élevage) Mâle reproducteur de l’espèce bovine dont la femelle est la vache.
    • Le taureau doit être choisi, comme le cheval étalon, parmi les plus beaux de son espèce. II peut saillir les vaches depuis trois ans jusqu’à neuf ; mais on ne doit pas lui en livrer plus de quinze par mois. On lui fait manger alors de l’avoine, de l’orge & de la vesce, pour lui donner de l’ardeur & lui procurer une plus grande abondance de liqueur séminale. — (Valmont de Romare, Dictionnaire raisonné universel d’Histoire Naturelle, t. 8, 3e éd., 1776, p. 455)
    • En même temps, le ministre des jeux s'avança pour demander s'il fallait lâcher contre le bestiaire un lion ou un taureau furieux, qu'on entendait rugir dans leurs cages. — (Alexandre Guiraud, Flavien ou de Rome au désert, Paris : chez Levavasseur, 1835, vol. 3, p. 185)
  2. (Spécialement) Le taureau de combat, race de cette espèce sélectionné et élevé pour la tauromachie.
    • Un véritable accès de sadisme collectif s’est emparé de ces troupes, sadisme que tous ceux qui ont assisté à des combats de taureaux ont pu constater en petit. — (Rodolphe Archibald Reiss, Comment les Austro-Hongrois ont fait la guerre en Serbie, 1915)
    • Ils se sentaient en sécurité comme les spectateurs d’une course de taureaux : ils risquaient peut-être leur argent sur le résultat, mais c’était tout. — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, p. 211 de l’éd. de 1921)
    • Il se secoue furieusement comme un taureau piqué de banderilles. — (Victor Méric, Les Compagnons de l’Escopette, Éditions de l’Épi, Paris, 1930, p. 243)

Variantes orthographiques[modifier]

  • toro (taureau dressé pour la tauromachie)

Vocabulaire apparenté par le sens[modifier]

Dérivés[modifier]

Traductions[modifier]

Prononciation[modifier]

Voir aussi[modifier]