tempérer

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

(XVIe siècle)[1] Emprunt savant au latin temperare (« modérer, atténuer ») qui donne aussi tremper.

Verbe [modifier]

tempérer \tɑ̃.pe.ʁe\ transitif 1er groupe (conjugaison)

  1. Modérer ou réguler de quelque manière que ce soit.
    • Quand il jugeait une affaire, ce n'était pas lui qui jugeait, c'était la loi ; mais quand elle était trop sévère, il la tempérait. — (Voltaire, Zadig ou la Destinée, VI. Le ministre, 1748)
    • Ce message rabat-joie fut hué par une partie de la foule mais tempéra quelque peu l'enthousiasme général. — (Bertrand M. Roehner, Cohésion sociale: une approche observationnelle, éd. Odile Jacob, 2004, p. 150)
    1. S’emploie aussi figurément.
      • Le temps a tempéré sa douleur, son affliction.
      • L’âge a tempéré ses passions, l’ardeur de son caractère.
      • Il sait tempérer par l’expression la sévérité du reproche.
      • Une sévérité tempérée de douceur.
  2. Atténuer l'intensité d'un excès thermique ou climatique ; réchauffer ou rafraîchir, climatiser.
    • Il s’est levé un vent frais qui a tempéré la grande chaleur.
    • Une porte battante garnie d'un grand carreau de verre ovale fermait ce couloir du côté de l'escalier afin de tempérer le froid qui s'y engouffrait. — (Honoré de Balzac, Eugène Grandet, 1834)

Dérivés[modifier]

Apparentés étymologiques[modifier]

Traductions[modifier]

Références[modifier]