tenir

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier | modifier le wikicode]

Étymologie[modifier | modifier le wikicode]

Du latin tenere devenu *tĕnīre en latin populaire.

Verbe[modifier | modifier le wikicode]

tenir /tə.niʁ/ transitif ou intransitif 3e groupe (conjugaison) (Pronominal : se tenir)

  1. Avoir en main, entre les bras, de manière à ne pas laisser aller.
    • Demain, par exemple, il tiendra dans son bras un portefeuille de maroquin rouge. (Alexandre Dumas , La Reine Margot, C. Lévy, 1886)
    • Il n’existe également pas de reliefs où le dadophore de gauche tiendrait un pedum et celui de droite une torche. Au cas où un seul dadophore tient le pedum, il s’agit toujours du dadophore de droite. (Ljubica Zotović, Les Cultes orientaux sur le territoire de la Mésie supérieure, E. J. Brill, 1966, page 15)
    • Il tenait une lettre à la main, il leva les yeux me regarda puis de nouveau la lettre puis de nouveau moi. (Claude Simon, La Route des Flandres, Éditions de Minuit, 1960, page 7)
    • Le maréchal […] tenait le cheval par la bride, parce que le cheval était un peu nerveux. (Gilbert Guisan, C.-F. Ramuz ou Le Génie de la patience, E. Droz, 1958, page 43)
  2. Laisser.
    • Le lecteur lui-même sera tenu dans l’incertitude, sachant de moins en moins au fur et à mesure qu’il avance dans le texte, si les événements qu’on lui rapporte sont réels ou illusoires. (Bulletin de psychologie, vol. 31, n°332 à 337, 1977, page 668)
  3. (Figuré) & (Familier) Diriger, gouverner, mener.
  4. (Figuré) Suivre.
    • Comment la mère peut-elle tenir le fil quand celles qui écoutent piaffent d’impatience dès les premières paroles pour faire de cette histoire leur propre histoire ? (Claude De La Genardière, Encore un conte ? Le Petit Chaperon Rouge à l’usage des adultes , L’Harmattan, 1996, page 192)
    • Tenir le fil d’une intrigue, c’est avoir saisi le nœud, le secret.
    • Tenez-vous le fil de son raisonnement ?
  5. Avoir.
    • Je tiens la clef de l’énigme.
    • Tenir les dés, tenir le cornet, avoir la main pour jeter les dés. (Figuré) Tenir le dé dans la conversation, s’en rendre le maître.
  6. Posséder et ne pas lâcher.
    • Cet homme tient bien ce qu’il tient : Il n’est pas aisé de lui faire lâcher prise ; ou bien il est avare.
  7. Utiliser.
    • Tenir la plume.
  8. Dire.
    • Tenir des propos : Proférer des paroles.
  9. Maîtriser.
    • Tenir les délais : C’est-à-dire maîtriser l’avancement pour finir avant la date butoir.
  10. Prendre.
    • Tenez : Prenez ce que je vous présente.
  11. (Équitation) Maintenir dans les différents exercices auxquels on le soumet, en parlant du cheval.
    • Tenir un cheval en main, en bride.
    • (Figuré) & (Familier) Tenir un cheval dans la main : En être toujours le maître.
  12. Être maître de ; avoir en son pouvoir.
    • On tient les assassins. — Je vous tiens. — L’ennemi tient les hauteurs.
  13. (Figuré) & (Familier) Amener là on l’on voulait ; réduire en tel état qu’il ne peut plus tergiverser, qu’il ne peut plus trouver d’échappatoire, en parlant d’une personne.
    • Je tiens mon homme, je le tiens.
    • Il a beau faire à présent, je le tiens.
  14. Retenir ; empêcher de s’en aller ou de tomber, en parlant de choses.
    • C’est cette chaîne qui tient l’ancre. — Cette corde tient le seau. — Ce tableau est tenu par un clou.
    • Ce tonneau tient bien le vin, ce seau tient bien l’eau, il ne fuit pas.
    • Si tu connais la réponse, tiens ça mort : (Canada) Garder le secret.
  15. (Musique) Conserver, en parlant d’un accord musical.
    • Ce piano tient bien l’accord.
  16. Posséder ; occuper.
    • Tenir un pays en souveraineté. — Tenir une terre en fief. — Tenir un bénéfice en commende.
    • Tenir une terre à ferme, à bail. — Ce prince ne tint l’empire que peu de temps.
    • Il se jeta dans la place et la tint pour le roi, pour le service du roi.
  17. (Figuré) Être redevable d’une chose à quelqu’un ; lui en avoir l’obligation.
    • Tout ce qu’il a, il le tient de votre libéralité. — C’est de vous qu’il tient son avancement, sa fortune. — C’est d’un tel qu’il tient tout ce qu’il sait.
    • Tenir la vie de quelqu’un, c’est lui avoir obligation de la vie. — Mes père et mère sont ceux dont ou de qui je tiens la vie.
  18. avoir appris de quelqu’un.
    • De qui tenez-vous cela ? — C’est une nouvelle que je tiens de bonne part, de bonne source, de quelqu’un bien informé.
  19. Avoir reçu de sa race, de naissance.
    • Ils sont tous braves dans cette maison-là, ils tiennent cela de race. — Ils tiennent de race.
    • Tenir quelque chose de son père et de sa mère, au point de leur ressembler en cette chose.
    • Il est timide et a l’air embarrassé, il tient cela de son père. — Il tient beaucoup de son père, il en a tous les traits.
  20. Posséder ou saisir, en parlant des maladies tant du corps que de l’esprit, et de différentes passions de l’âme.
    • Il y a longtemps que ce mal-là le tient, que la fièvre le tient. — Quand son accès le tient.
    • Sitôt que sa colère le tient, il n’est plus maître de lui.
    • Qu’a-t-il, qu’est-ce qui le tient ? Quel sujet, quelle raison a-t-il d’agir ainsi ? — Je sais ce qui le tient.
  21. Occuper ou remplir, en parlant de l’espace.
    • Oui, je le répète, tout tient dans ce vaisseau, même notre vie matérielle et morale, nos vertus et nos vices. L’architecte nous prend dès la naissance d’Adam pour nous mener jusqu’à la fin des siècles. (Joris-Karl Huysmans, La Cathédrale, Plon-Nourrit, 1915)
    • Serrez-vous un peu, vous tenez trop de place. — Les voitures tiennent toute la largeur du chemin.
    • Une forêt qui tient dix lieues de long. — Les épisodes tiennent la moitié de ce poème.
    • (Militaire)Cette armée tient la campagne, elle est en état de s’opposer aux ennemis ou de les attaquer.
  22. Faire métier ou profession, pour l’utilité et la commodité du public, en parlant de certains lieux que l’on occupe, de certaines choses que l’on fait.
    • Tenir auberge. — Tenir boutique. — Tenir pension.
  23. Détenir en assortiment, en stock, en parlant de marchandises.
    • Tenez-vous de l’épicerie, de la mercerie ? — Ce marchand tient de tout.
  24. Se positionner, en parlant de l’ordre dans lequel les personnes ou les choses sont placées, du rang qu’elles occupent, soit en fait, soit dans l’opinion des hommes.
    • Il faut que dans les corps, dans les compagnies chacun tienne son rang. — La libéralité tient le milieu entre la prodigalité et l’avarice.
    • Tenir le premier rang. — Tenir le haut bout, le haut du pavé.
    • (Figuré)Tenir bien son rang, sa place, son poste, c’est occuper dignement l’emploi où l’on est, l’exercer avec dignité, avec capacité.
    • Ne pas tenir en place : Être nerveux, toujours en mouvement, toujours actif.
  25. Occuper, en parlant d’un emploi ou d’une fonction qu’on remplit.
    • De 1567 à sa mort, en 1590, il a tenu la fonction de mathématicien du duc de Savoie, c’est-à-dire qu’il a eu à s’occuper de nombreux problèmes techniques, qu’il a été socialement un théoricien chargé de la science appliquée. (P. Costabel, Vers une mécanique nouvelle, dans Sciences de la Renaissance : VIIIe Congrès International de Tours, J. Vrin, 1973, page 135)
    • Elle a tenu les emplois les plus divers, pour finir dans les vestiaires d’une boîte de nuit. (Mohed Altrad, Éden : l’extrême tu éviteras, L’Harmattan, 1998, page 98)
  26. (Théâtre) (Musique) Jouer ; interpréter.
    • Il tient le principal rôle avec distinction.
    • Tenir l’orgue, le piano. — Tenir sa partie.
  27. Présider ; siéger ; se dérouler, en parlant des assemblées, des fonctions publiques, soit ordinaires, soit extraordinaires, qui regardent le gouvernement et la politique d’un état.
    • Le pape tenait consistoire. — On tenait les états tous les ans en Languedoc.
    • Tenir audience. — C’est tel président qui tient cette année la chambre des vacations.
    • C’est dans cette salle que l’Académie tient ses séances.
  28. Mettre et garder en quelque lieu.
    • Il tient son argent en lieu sûr. — Il faut tenir cela à la cave pour le conserver. — Il tient tous ses papiers sous clef.
    • C’est un homme qu’on tient enfermé depuis un certain temps. — On le tient en prison.
    • Tenir quelqu’un chez soi, c’est l’avoir chez soi.
    • Puisque nous vous tenons ici, nous ne vous laisserons pas partir de sitôt.
  29. Contenir, renfermer ou être susceptible de contenir, de renfermer.
    • Cette salle tient mille personnes. — Ce corps de bibliothèque tient cinq cents volumes.
    • Cette grange peut tenir dix mille gerbes. — Une bouteille qui tient soixante-quinze centilitres.
  30. Retenir ; arrêter ; empêcher de faire ou de dire.
    • C’est un homme qui ne peut tenir sa langue.
    • Quand il est une fois en train de parler, rien ne peut le tenir.
    • Il est si vif, si remuant, qu’on ne saurait le tenir.
    • Il ne saurait se tenir de parler.
    • Je ne pus me tenir de lui dire que cela n’était pas bien.
    • Je ne sais qui me tient que je ne me fâche contre lui : Je ne sais qui m’empêche, qui me retient.
    • Il n’y a parenté, amitié, etc., qui tienne : Il n’y a aucune considération de parenté, d’amitié, etc., qui empêche que…
    • Il n’y a crédit ni richesses qui tiennent : il faut le condamner s’il a tort.
  31. Maintenir, conserver, entretenir; faire qu’une personne ou qu’une chose demeure dans un certain état, dans une certaine situation.
    • Tenir les enfants dans un très grand respect, les tenir dans une grande sujétion.
    • Tenir les peuples dans le devoir. — Tenir les esprits en suspens.
    • En attendant que je revienne, tenez les choses en état, en bon état.
    • Tenir quelqu’un en échec. — Tenir l’équilibre entre deux partis. — Cette nouvelle le tient éveillé.
    • Tenir sa maison propre. — Cette femme tient bien ses enfants.
    • Tenir une ville bloquée, une place assiégée. — Tenir les portes fermées, les fenêtres ouvertes.
    • Cela tient frais. — Tenir les yeux ouverts, les yeux baissés, les mains jointes, la tête droite.
    • Tenir la bride haute, la bride courte à un cheval.
    • Tenez-vous en repos : Se dit à une personne qui importune par ses gestes, par ses allées et venues.
    • Tenir une chose secrète : Garder le silence à son sujet, n’en point parler.
    • On convint de tenir l’affaire secrète.
  32. (Musique) Ne pas laisser faiblir.
    • Tenir une note.
  33. Occuper durant quelque temps.
    • C’est une cérémonie qui est longue, elle vous tiendra longtemps.
    • Il nous a tenus deux heures à ne rien faire.
    • Je ne vous tiendrai guère.
    • Cela m’a tenu plus que je ne pensais.
    • Cet avocat tint toute l’audience.
    • C’est un poste où l’on est très tenu.
  34. Réputer ; estimer ; croire.
    • Il y avait, aux carmélites de Lerma, une béate, tenue pour sainte, la mère Agueda. (Jules Michelet, Du prêtre, de la femme, de la famille, 3e éd., Hachette & Paulin, 1845, p. 178)
    • Je tiens cela vrai, pour vrai, puisque vous le dites.
    • Je tiens ces deux opinions également soutenables.
    • Je tiens que cela a besoin d’explication.
    • Je tiens l’affaire faite à l’heure qu’il est.
    • Je le tiens honnête homme, je le tiens pour honnête homme.
    • Si vous venez me voir, je tiendrai cela à honneur.
    • Il tient ce propos à injure.
    • Je me tiens heureux d’avoir pu vous servir en quelque chose.
    • Il ne se tient pas encore pour battu.
    • Je me tiens pour satisfait.
    • Il tient pour constant, pour démontré que… Je tiens pour maxime que…
    • Je me le tiens pour dit : Il n’est pas besoin que vous m’en avertissiez davantage, que vous m’en fassiez davantage souvenir.
    • Tenez-vous- le pour dit. On dit de même :
    • Tenez-vous pour dit que… : Soyez assuré que… ; Souvenez-vous que… ; Ne contestez pas que…
  35. Professer.
    • Les maximes qu’ils tiennent sont opposées aux nôtres.
  36. Saisir par l’esprit ou par l’intelligence.
    • Je tiens la solution de ce problème.
    • Je tiens le mot de l’énigme.
    • Je tiens le sens de ce passage.
  37. Suivre ; aller par, en parlant de routes, de chemins, etc.
    • Quel chemin tiendrez-vous ?
    • Il y a diverses routes à tenir.
    • Tenir une bonne conduite, une mauvaise conduite : Se conduire bien, se conduire mal.
    • Il tient une étrange conduite depuis quelque temps.
    • Ne pas savoir se tenir : Manquer de respect, de réserve, de manières.
  38. Parler, dire.
    • Il tient des discours bien hasardés.
    • Aux propos qu’il me tint, je vis bien qu’il ne fallait rien attendre de lui.
    • Vous me tenez un langage qui me surprend.
  39. Mettre à exécution, en parlant de promesses.
  40. Être chargé du soin, en parlant de la comptabilité, des registres, etc.
    • Les livres que les marchands sont obligés de tenir, et pour lesquels ils n’ont pas observé les formalités prescrites, ne peuvent être représentés ni faire foi en justice, au profit de ceux qui les ont tenus. (Dictionnaire général raisonné de droit civil moderne, vol. 4, Adolphe Wahlen, 1838, p. 427)
    • Tenir compte d’une somme à quelqu’un, c’est lui passer cette somme en compte.
    • Tenir registre de quelque chose, c’est écrire quelque chose dans un registre.
    • (Figuré) Cet homme tient registre de tout : Il remarque tout exactement, et il s’en souvient.
  41. (Absolument) Se dit aussi, dans le langage familier, uniquement pour attirer l’attention :
    • Tenez, tout ce que vous me dites là ne me touche pas.
    1. Pour avertir :
      • Tenez, le voilà qui passe.
    2. Pour marquer la surprise :
      • Tiens donc, le voilà qui passe.
      • Tiens, je ne m’attendais pas à cela.
  42. Être attaché à quelque chose, être difficile à ôter, à arracher ou à déplacer.
    • Sa chemise lui tient au dos.
    • Le vent empêche la gelée de tenir sur les arbres.
    • On ne saurait arracher ce clou, il tient trop bien.
    • Son chapeau ne tient pas sur sa tête.
    • Cela tient à chaux et à sable.
    • Tout cela tient bien ensemble.
    • (Figuré) Cette chose ne tient qu’à un fil : Elle ne tient plus qu’à peine, la moindre cause peut la détruire, l’empêcher.
    • Sa vie ne tient qu’à un fil : Il est sur le point de mourir.
  43. (Figuré) Définition manquante ou à compléter. (Ajouter)
    • Ne tenir à rien : Se dit d’une position précaire.
    • Sa position dans cette maison ne tenait à rien.
    • Un petit accident renversa cette fortune qui ne tenait plus à rien.
  44. (Figuré) En termes de dévotion :
    • Il ne tient plus à la terre : Il est détaché des choses de ce monde.
  45. (Figuré) Être attaché par quelque lien d’intérêt, d’amitié, de reconnaissance, etc.
    • Il tient à cet homme-là par beaucoup de liens.
    • C’est un homme qui ne tient à personne.
    • Il tient à ce parti par des raisons de famille.
    • C’est un employé auquel nous tenons.
  46. (Figuré) Être extrêmement attaché à ; avoir le désir extrême de.
    • Tenir à la vie, à l’argent, à son opinion, etc.
    • Je tiens à vous convaincre de mon innocence.
  47. (Figuré) Dépendre ; résulter ; provenir de.
    • Cet événement tient à telle cause.
    • Il est fort timide, cela tient à ce qu’il manque d’usage.
    • Ce vice de prononciation tient à un défaut de l’organe.
  48. Être contigu.
    • J’occupais, il y a quinze ans, dans un quartier fort solitaire, une maison dont le jardin tenait à celui d’un couvent de femmes. (Jules Michelet, Du prêtre, de la femme, de la famille, 3e éd., Hachette & Paulin, 1845, p. 246)
  49. Résister.
    • Les desservants peuvent, désormais, disparaître ; le peuple tiendra. Il tiendra, car il est, par caractère, obstiné ; car il vit groupé dans un rayon peu étendu. Il tiendra, car, de son sein, des chefs surgissent qui organisent un nouveau culte. (Auguste Billaud, La Petite Église dans la Vendée et les Deux-Sèvres, 1800-1830, Nouvelles Éditions Latines, 1961, page 594)
    • Ce bâtiment ne saurait tenir à la mer, tenir contre les vagues.
    • Il joue trop bien, il n’y a pas moyen de tenir contre lui.
    • On ne peut pas tenir contre ses prières, contre ses raisons.
    • Cette étoffe ne tient pas à la pluie.
    • La température est étouffante, on n’y peut pas tenir.
    • (Absolument) Il faut tenir, il ne s’agit que de tenir.
    • Je n’y tiens plus, il faut que je le voie.
  50. (Figuré) Ne pas se relâcher ; ne pas se laisser aller aux persuasions d’autrui.
    • Il ne vous offre pas assez de votre maison; tenez bon, il vous en donnera un prix raisonnable.
  51. Subsister sans aucun changement, sans aucune altération, demeurer dans un certain état.
    • Il faut que le traité tienne.
    • Notre marché tient.
    • Son ondulation ne tient pas.
    • Ce meuble ne tient pas debout.
    • Cette couleur ne tient pas, elle n’est pas solide et s’en va rapidement.
    • Le temps ne tiendra pas, et ne restera pas beau comme il est.
    • (Chasse) Les perdrix ne tiennent pas : Elles n’attendent pas, elles partent aussitôt.
  52. Être compris ou être contenu dans un certain espace.
    • Il craignit que les Romains seuls ne tinssent trop de place dans l’Esprit des Lois, et ne rompissent les proportions de l’ouvrage. (Jean François de La Harpe, Lycée ou cours de Littérature Ancienne et Moderne, an XIII, page 47)
    • Tous vos meubles ne peuvent pas tenir dans cette chambre.
    • Tout le monde ne peut pas tenir ici.
    • (Impersonnel) Il tiendrait tant de milliers de gerbes dans cette grange.
  53. (Impersonnel) Se dit aussi des conditions qui permettent ou empêchent de faire quelque chose.
    • À quoi tient-il que nous ne partions ?
    • Il ne tient pas à moi que cela ne se fasse.
    • Je ne sais à quoi il tient que je ne l’abandonne tout à fait
    • Il tint à peu de chose, il ne tint à rien que je ne lui fisse un affront.
  54. (Impersonnel) (Vieilli) Lorsque l’on veut faire entendre, non seulement qu’elle n’y apportera point d’obstacle, mais même qu’elle y contribuera de tout son pouvoir, l’on dit : Il ne tient pas à une personne que telle chose ne se fasse. L’oreille moderne comprendra plutôt que la personne se lave de toute responsabilité dans la chose, déclarant sa neutralité ou son manque d’intérêt.
    • Il ne tient pas à moi qu’un tel n’ait satisfaction.
    • Il ne tiendra pas à moi qu’il ne réussisse dans son projet.
  55. (Construit avec la préposition de) Ressembler par la figure, les manières, les goûts, le caractère, etc., en parlant d’un enfant par rapport à ses parents.
    • Cet enfant tient de son père.
  56. (Construit avec la préposition de) Participer; offrir une ressemblance ; avoir un rapport avec quelque chose.
    • Cette architecture tient du gothique.
    • Ce style tient un peu du burlesque.
    • Cet événement tient du prodige.
    • Le mulet tient de l’âne et du cheval.
  57. (Précédé de la préposition de) être touché ; être affecté.
    • Il en tient pour cette jeune fille : Il en est complètement amoureux.
  58. (Chasse) Être atteint par le projectile.
    • Cette perdrix en tient.
    • (Figuré) L’interpellation a fait grand effet : le Ministère en tient.
  59. Prendre parti ; être partisan de ; être d’un sentiment ou d’une opinion ; croire au succès de quelqu’un ou de quelque chose. — Note : Il est alors suivi de la préposition pour.
    • Paris fut dès ce moment divisé en deux camps : l’un qui embrassait dans son enceinte les Tuileries, le Carrousel, le Palais-Royal, tous les quartiers opulents ou commerçants de la ville dont les bataillons, composés de citoyens amis de l’ordre tenaient encore pour les Girondins. (Alphonse de Lamartine, Histoire des Girondins, 1847, page 99)

Synonymes[modifier | modifier le wikicode]

Antonymes[modifier | modifier le wikicode]

Dérivés[modifier | modifier le wikicode]

Expressions[modifier | modifier le wikicode]

Traductions[modifier | modifier le wikicode]

Prononciation[modifier | modifier le wikicode]

Anagrammes[modifier | modifier le wikicode]

Références[modifier | modifier le wikicode]

Ancien français[modifier | modifier le wikicode]

Étymologie[modifier | modifier le wikicode]

Étymologie manquante ou incomplète. Si vous la connaissez, vous pouvez l’ajouter en cliquant ici.

Verbe[modifier | modifier le wikicode]

tenir /Prononciation ?/

  1. Tenir.

Dérivés dans d’autres langues[modifier | modifier le wikicode]

  • français : tenir

Catalan[modifier | modifier le wikicode]

Étymologie[modifier | modifier le wikicode]

Du latin tenere.

Verbe[modifier | modifier le wikicode]

tenir /Prononciation ?/

  1. Avoir, posséder, tenir.
    • Una vil hosta,
      roïn, disposta
      a puteria,
      llavors tenia
      en sa posada
      una bergada
      de pelegrins
      vells e fadrins.
      (Jaume Roig, Espill, livre second, 2ème partie)

Synonymes[modifier | modifier le wikicode]

Variantes dialectales[modifier | modifier le wikicode]

Occitan[modifier | modifier le wikicode]

Wiki letter w.svg

Étymologie[modifier | modifier le wikicode]

Du latin tenere.

Verbe[modifier | modifier le wikicode]

tenir [teˈni] (graphie classique normalisée) 3e groupe (conjugaison)

  1. Tenir.

Variantes[modifier | modifier le wikicode]

Références[modifier | modifier le wikicode]