tenue

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher
Voir aussi : ténue, tênue

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

(Siècle à préciser) Participe passé féminin substantivé de tenir.

Nom commun[modifier]

Singulier Pluriel
tenue tenues
\tə.ny\

tenue \tə.ny\ féminin

  1. Action de tenir.
  2. (En particulier) Période pendant laquelle certaines assemblées se tiennent.
    • Pendant la tenue des états.
    • Durant la tenue du concile.
    • À la dernière tenue des assises.
    1. (En particulier) (Franc-maçonnerie) Réunion ouverte et fermée rituellement.
      • Ce qui surprend dans les tenues blanches ouvertes, par rapport à des conférences publiques, c’est la rigueur avec laquelle les débats sont menés. (Philippe Benhamou, ‎Christopher Hodapp, La Franc-maçonnerie pour les Nuls, 2011)
  3. Manière de tenir, d’entretenir, de soigner.
    • La tenue d’une maison.
  4. Action de tenir des livres de comptabilité.
    • Conformément à leurs traditions, ils commencèrent bien, dans toutes leurs tenues du temps de la régie, en 1749, 1750, 1752 et 1754, par demander que la Bretagne fût exempte d’un impôt destructif de ses immunités (2). (Armand Rébillon, Les États de Bretagne, de 1661 à 1789, Éditions A. Picard, 1932)
    • Tenue de livres en partie double.
    • C’est lui qui est chargé de la tenue de ce registre.
  5. Façon de se tenir, du maintien, des manières ; dignité dans la conduite ; correction, soin dans le style.
    • C’est un homme qui a de la tenue.
    • Il a une bonne tenue, une mauvaise tenue.
    • (Charles Exbrayat, Vous manquez de tenue, Archibald !, 1965)
    • Ce style n’a pas de tenue.
  6. Assiette ferme et position correcte à cheval.
    • Il n’a pas de tenue à cheval.
  7. Manière d’être habillé, habit.
    • Il était entièrement vêtu de casimir noir, ainsi qu’il convient à un notaire. Mais comme on se trouvait au plus fort de l’été, M. Bernard avait cru pouvoir égayer sa tenue sévère d’une ombrelle d’alpaga blanc. (Octave Mirbeau, « La Mort du chien », Contes cruels)
    • Sur le pont, en tenue légère, étaient des matelots américains, tous abondamment tatoués. (Alain Gerbault, À la poursuite du soleil ; tome 1 : De New-York à Tahiti, 1929)
    • Sa tenue suffisait à prouver qu’il ne pensait point à rendre visite à ses voisins : des bottes de roulier dont les tirants pendaient, une lévite d’un vert bouteille défraîchi, un carnier en bandoulière, et sa fourchetine sous le bras. (Alphonse de Châteaubriant, Monsieur des Lourdines, chap. 2, 1910)
    • Il préférait la musique classique et les chemisettes à carreaux mais, pour attirer les concupiscences, il devait avoir la tenue wesh-wesh, l'allure racaille, la casquette Nike, visière retournée en prime. (Antoine Gouguel, Chifoumi !, Éditions du Frigo, 2011, p.77)
  8. (Militaire) Uniforme avec tout ce qu’il comporte comme effets et insignes.
    • C’était l’époque de la Chambre bleu horizon, comme on l’appelait, une Chambre d’extrême droite et d’un patriotisme sourcilleux. Lors de la grève des employés du métro, j’ai vu, de mes yeux, les polytechniciens en grande tenue et en gants blancs conduire les rames de wagons pour faire échec aux ouvriers. (Georges Simenon, Un homme comme un autre, 1975)
  9. (Musique) Action de tenir, de prolonger une note.
  10. (Droit féodal) Fief qui relève d’un autre fief, tenure.

Hyponymes[modifier]

Dérivés[modifier]

Ce fond est de bonne tenue, de mauvaise tenue

Traductions[modifier]

Forme de verbe[modifier]

Conjugaison du verbe tenir
Participe Présent
Passé
(féminin singulier)
tenue

tenue \tə.ny\

  1. Participe passé féminin singulier de tenir.

Prononciation[modifier]

Voir aussi[modifier]

Références[modifier]

Ido[modifier]

Étymologie[modifier]

Composé de tenua et -e « adverbe ».

Adverbe[modifier]

tenue \ˈtɛ.nwɛ\

  1. Finement.

Néerlandais[modifier]

Étymologie[modifier]

Du français tenue.

Nom commun[modifier]

tenue \Prononciation ?\

  1. Uniforme.

Synonymes[modifier]

Prononciation[modifier]