tire-au-flanc

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.

Français[modifier le wikicode]

Wiktionary small.svg

Étymologie[modifier le wikicode]

(XIXe siècle) 1887 « soldat qui esquive le service ». Expression issue du langage militaire du temps des batailles rangées où le « flanc » et a fortiori l'« arrière » (qui est encore plus dégradant : voire « tire-au-cul ») étaient moins dangereux ou héroïques que le front. Les soldats les moins besogneux et les moins courageux tendaient donc à se déporter (d'où « tirer » qui ne vient pas de l'usage d'une arme à feu mais de « se tirer », ici synonyme de « déguerpir » exprimant ainsi plutôt l'abandon de poste) à la première occasion vers les « flancs » ou vers l'« arrière » pour diminuer les dangers encourus et la difficulté de la tâche à accomplir.

Nom commun [modifier le wikicode]

tire-au-flanc \ti.ʁo.flɑ̃\ masculin invariable

  1. (Familier) ou (Populaire) Quelqu’un qui cherche à échapper à une tâche, à un travail, à une corvée.
    • Assimilés à des parasites suçant le lait déjà avarié de notre Hexagone déclinant, tantôt à des tire-au-flanc dont le poil dans la main prendrait, à écouter leurs contempteurs plus remontés que des coucous suisses, des allures de poutre de Bamako, ils sont devenus l'ennemi public numéro un. — (Frédéric Chouraki & Stéphane Trapier, La France qui glande: Autopsie d'une passion française, Éditions Milan, 2017, page 39)

Notes[modifier le wikicode]

L'expression est invariable. Le pluriel s'écrit comme le singulier.

Variantes[modifier le wikicode]

Synonymes[modifier le wikicode]

Traductions[modifier le wikicode]

Prononciation[modifier le wikicode]