toxicomanie

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

(XIXe siècle) Mot dérivé de toxique, avec le suffixe -manie

Nom commun [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
toxicomanie toxicomanies
\tɔk.si.kɔ.ma.ni\

toxicomanie \tɔk.si.kɔ.ma.ni\ féminin

  1. (Archaïsme) Usage immodéré des poisons ou des toxiques, dans le but de nuire ou de soigner.
    • L'huile de croton-tiglium, qui figure dans les formulaires où règne avec tant d'éclat une toxicomanie qui sans doute aura un terme, est sévèrement jugée par MM . Mérat et Delens. […]. Un médicament qui, à la dose de deux gouttes, a déterminé une diarrhée, c'est à dire une inflammation d'intestins qui a duré plusieurs mois, doit être rayé de nos pharmacopées, […]. — (François Gabriel Boisseau, commentaire sur le « Dictionnaire universel de matière médicale et de thérapeutique générale, par F.-V. Mérat et A.-J. Delens, Paris, 1830, tom. 2 », dans le Journal universel des sciences médicales, tome 58, Paris : Imprimerie de Marchand du Breuil, 1830, p. 203)
    • Madame de Brinvilliers commença par empoisonner son père : ce travail parricide dura huit mois, ni plus ni moins. Parfaitement initiée par son amant à la nature des poisons et à la manière de les administrer, elle met dans la perpétration de ce crime une sage lenteur, […]. Ses amis eux-mêmes ne furent pas exempts de la toxicomanie de cette femme scélérate, qui jouait avec la mort des parties qu'elle était sûre de gagner. — (Amédée de Bast, La marquise de Brinvilliers, 3e série (Empoisonneuses et assassines), dans Le Livre rouge : histoire de l'échafaud en France, édité par Dupray de la Mahérie, Paris : Librairie parisienne, 1863, p. 67)
  2. Consommation répétée et excessive d'une ou plusieurs substances toxiques (analgésiques, psychotropes, excitants, etc.) sans justification thérapeutique. Cet usage s'accompagne d'une addiction incontrôlable, accompagnée d'accoutumance et de dépendance.
    • Ceux-là sont les prosélytes d'une véritable association, et ils n'ont qu'une ambition, faire des élèves ; ce sont des missionnaires en toxicomanie. C'est une habitude qu'ont tous les vicieux et tous les incomplets de vouloir faire des pareils. — (Paul Regnard, « Deux poisons à la mode : La morphine et l'ether », dans Sorcellerie, magnétisme, morphinisme, délire des grandeurs, Éditions E. Plon, Nourrit et Cie, 1887, p. 313)
    • la toxicomanie est un fléau pour l’individu et constitue un danger économique et social pour l’humanité — (Convention unique sur les stupéfiants de 1961)
    • Je parle également du poids de la toxicomanie dans l’insécurité des soignants qui ont dû interpréter l’histoire obstétricale et pédiatrique au travers de cet élément. Elle prend conscience de relier, elle-même, toutes ses difficultés à la toxicomanie. — (Grossesse et toxicomanie, dirigé par Françoise Molenat, Toulouse : Éditions Erès, 2018)

Synonymes[modifier le wikicode]

Dérivés[modifier le wikicode]

Traductions[modifier le wikicode]

Hyperonymes[modifier le wikicode]

Hyponymes[modifier le wikicode]

Prononciation[modifier le wikicode]

Voir aussi[modifier le wikicode]