tripartisme

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

Mot dérivé de triparti avec le suffixe -isme.

Nom commun [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
tripartisme tripartismes
\tʁi.paʁ.tism\

tripartisme masculin

  1. (Politique) Système organisé autour de trois partis politiques.
    • Dans l’éventualité très probable où le tripartisme demeure à l’Assemblée nationale au moins pour un temps, il y a fort à parier que d’autres situations minoritaires surviendront dans les années à venir. — (Michel Venne et Miriam Fahmy (dir.), L’annuaire du Québec 2008, 2007)
    • On peut évoquer, à titre d’exemples, le cas du tripartisme que les journaux rejettent dès le lendemain, la contestation de la loi sur les partis politiques (affaire de la caution), […]. — (Bruno Kasonga Ndunga Mule, « La répression de la presse au Zaïre pendant la transition (avril 1990 à septembre 1993) », dans Cahiers africans, n° 9-10-11, septembre 1994)
  2. (Politique) Coopération entre le gouvernement, les employeurs et les travailleurs.
    • En Scandinavie, le tripartisme est plus informel. Il prend la forme de rencontres régulières, parfois au rythme d’une par semaine, entre les ministres et les principaux responsables des organisations syndicales de salariés et d’employeurs, sans recours à des experts indépendants ni existence de locaux particuliers dédiés à ces rencontres. — (Hans Slomp, Les relations professionnelles en Europe, traduction français, 2000)
    • Cette manière de procéder, qui s'appelle le tripartisme, joue un rôle de première importance dans la formation de la politique sociale, la promotion de la justice sociale ainsi que la définition des normes de travail et le contrôle de leur application à l'échelle mondiale. — (Bureau international du travail, « Le tripartisme au XXIe siècle : construire sur des fondations solides », Travail, n°46, 2003)
  3. (Politique) Régime mettant à contribution trois intervenants principaux.
    • Il y a eu certes des tentatives pour remédier à cette situation, notamment lorsqu'un comité municipal mixte sur les relations intergouvernementales présenta un rapport en 1971 en recommandant une forme de « tripartisme », soit un partage plus net des pouvoirs entre les échelles fédérale, provinciale et municipale. — (Jonathan Durand Folco, « Les villes contre la Constitution canadienne? », in Argument, vol. 19, n° 2, printemps-été 2017, p. 45)

Apparentés étymologiques[modifier le wikicode]

Prononciation[modifier le wikicode]

Traductions[modifier le wikicode]