vacance

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

Du latin vacare (« être sans »).

Nom commun [modifier]

Singulier Pluriel
vacance vacances
\va.kɑ̃s\

vacance \va.kɑ̃s\ féminin

  1. État d'une charge, d'une dignité, d'un poste vacant.
    • Si, d’aventure, il restait sur place, attendant une vacance à l’usine, il travaillait à la mine et était payé par pipe de minerai extraite. — (Maurice Lecerf, Le Fer dans le monde, Payot, 1942)
  2. (Au pluriel) Temps pendant lequel les études cessent dans les écoles, dans les collèges.
    • J’avais vécu enfermée jusqu’alors, cloîtrée avec les Dames de Reims et quand je rentrais chez nous pour les vacances je n’avais pas eu la plus petite amourette. — (Jean Rogissart, Hurtebise aux griottes, L’Amitié par le livre, Blainville-sur-Mer, 1954, p. 51)
    • Où irez-vous passer les vacances ?
    • Les vacances de Pâques.
    • Les grandes vacances.
  3. (Au pluriel) Temps de repos qui est accordé à des employés dans un magasin, dans une banque, dans un établissement public ou privé, quel qu’il soit.
    • Moi je rigole quand je pense
      À ceux qui partent en vacances
      En Bretagne ou en Provence
      Rien ne vaut l’air de Paris.
      — (Jean-Roger Caussimon, Paris jadis, 1977)
    • Les employés de cette maison ont droit à un mois de vacances.
    • Les vacances parlementaires.
  4. (Au pluriel) Toute interruption que l’on s’accorde dans ses occupations ordinaires.
    • Je ne travaillerai pas à mon livre ces jours-ci : je prends des vacances, je me suis donné des vacances.
  5. État d’une succession à laquelle on a renoncé ou que personne ne réclame.

Synonymes[modifier]

Quasi-synonymes[modifier]

Dérivés[modifier]

Apparentés étymologiques[modifier]

Traductions[modifier]

Voir aussi[modifier]