vendre la mèche

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

Cette expression est née au milieu du XIXe siècle, par croisement avec « éventer la mèche » (fin du XVIe siècle). Celle-ci provient du langage militaire où l’on perçait la mine afin d’en laisser la mèche à l’air libre et la faire exploser. Par extension, cette expression a pris le sens de « divulguer un complot ». Enfin, elle s’est ensuite transformée en « vendre la mèche », le verbe « vendre » étant à comprendre dans le sens de « trahir ».

Locution verbale [modifier le wikicode]

vendre la mèche \vɑ̃dʁ la mɛʃ\ (se conjugue → voir la conjugaison de vendre)

  1. (Figuré) (Familier) Révéler quelque chose qui aurait dû rester secret.
    • Découvrir, éventer la mèche, découvrir au moyen d’une contremine l’endroit où une mine a été pratiquée, et enlever la mèche qui devait mettre le feu, et fig. découvrir le secret d’un complot, d’une affaire (vendre la mèche est une locution populaire vicieuse). — (Émile Littré, ‎A. Beaujean, Dictionnaire de la langue française, 1875)
    • Ne croyez pas, messieurs, que j’aie retrouvé le sens de l’ouïe. Hélas non. Mais vous m’aviez déjà fait ce coup-là l’année dernière. Je n’avais pas compris, bien entendu. Mais votre manège m’avait intrigué. Et comme j’interrogeais une personne qui avait assisté à la scène, cette personne me vendit la mèche. — (Manon des sources (1952), film de Marcel Pagnol, en conclusion de la scène du « jeu du poil », lorsque le personnage de M. Belloiseau (interprété par Robert Vattier) raconte à plusieurs villageois attablés à la terrasse du café l’histoire du « bossu des garrigues » (Jean de Florette, défunt père de Manon des sources))

Notes[modifier le wikicode]

Dans leurs sens figurés une nuance existe entre « découvrir, éventer la mèche » d’une part et « vendre la mèche » de l’autre. Dans le premier cas le complot est découvert à l’insu des instigateurs et de leurs entourages tandis que dans le second cas il est révélé par l’un d’eux ou au moins par une personne mise au parfum.

Quasi-synonymes[modifier le wikicode]

Traductions[modifier le wikicode]

Prononciation[modifier le wikicode]

Voir aussi[modifier le wikicode]