vouer aux gémonies

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

Du latin gemo (« se plaindre, gémir »). Les escaliers des Gémonies étaient le lieu où l'on exposait à Rome les corps des suppliciés. Vouer aux gémonies consiste donc à promettre un destin peu enviable.

Composé avec le mot gémonies, l'expression vouer aux gémonies est attestée en 1846, mais le mot gémonies est plus ancien.

Locution verbale [modifier le wikicode]

vouer aux gémonies \vwe o ʒe.mɔ.ni\ (se conjugue → voir la conjugaison de vouer)

  1. (Soutenu) Accabler d’outrages ; vilipender.
    • La realpolitik, vouée aux gémonies dans les années 1920 et 1930, revint à la mode. — (Arnaud Blin, 1648, la paix de Westphalie ou la naissance de l’Europe politique moderne, Éditions Complexe, 2006, p. 190)
    • C’est pour pouvoir offrir les JO à Anne Hidalgo, qui le voue aux gémonies depuis qu’il l’a forcée à bosser le dimanche. — (Jean-Michel Thénard, De l’Élysée à l’Olympe, Le Canard Enchaîné, 12 juillet 2017, page 1)
    • L’administration Bush, qui avait balayé l’acquis de l’ère Clinton et placé la RPDC parmi les pays de l’« axe du mal », la menaçant du feu nucléaire, avait été contrainte de revenir à la case départ : en d’autres termes, le schéma de l’accord de 1994 qu’elle avait voué aux gémonies. — (Philippe Pons, Corée du Nord, un État-guérilla en mutation, Gallimard, collection « La Suite des temps », avril 2016, page 519, ISBN 9782070142491)
    • Aux dévoués serviteurs, aux intrépides champions de la cause populaire dans les sociétés antiques et dans les sociétés modernes, — depuis les Gracques assassinés par l'aristocratie romaine et calomniés par ses écrivains, jusqu'à nos immortels tribuns de 89, jusqu'aux héroïques athlètes de notre grande lutte révolutionnaire : noms à jamais dignes de la reconnaissance du peuple, quoiqu'on ait tenté aussi de les vouer aux gémonies de l'histoire ! — (Charles Pellarin, «Allocutions d'un socialiste, par Ch. Pellarin,...», Capelle, 1846)

Quasi-synonymes[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]