Kartli

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

Du géorgien ქართლი, Kʼartʼli.

Nom propre [modifier le wikicode]

Kartli \kaʁt.li\ masculin ou féminin (l’usage hésite)

  1. (Histoire) variante de Karthli
    • Tiflis devient capitale du royaume de Kartli, qui forme la partie occidentale de l’Ibérie, évinçant l’antique Mtskheta, sa proche voisine située au confluent du Mtkvari et de l’Aragvi descendu du Grand Caucase, qui restera capitale religieuse d’un pays converti au christianisme par Sainte Nino de Cappadoce, dés le IVe s.., — (Jacques Hubschman avec Jean-Christian Tulet, « Quelques images d’une Géorgie post-soviétique en transition », Bulletin de la Société de géographie de Toulouse, numéro 286, 2006, page 93)
    • Apparenté au roi de Kartli Vaxtʼang VI, pour qui il entreprit auprès du pape Clément XI et du roi Louis XIV une mission diplomatique dont il a laissé une relation sous forme de journal (Voyage en Europe, 1713-1716), il l’accompagna en exil en 1724. — (Pascal Mougin et Karen Haddad-Wotling (dir.), Dictionnaire mondial des littératures, Larousse, 2002, page 906, s.v. ORBELIANI (Sulxan-Saba), écrivain géorgien (Tʼandzia, rég. de Bolnisi, 1658 - Moscou 1725))
    • Erakle II, roi de « Kartli et de Kakhétie », semble alors sur le point de renouer avec la tradition des plus glorieux de ses ancêtres : faire du royaume de Géorgie le centre d’un vaste État caucasien, ébauche d’un petit empire à vocation régionale. — (Charles Urjewicz, « La Georgie à la croisée de chemines : archaïsmes et modernité », Hérodote : revue de géographie et de géopolitique, numéro 54-55 « Les marches de la Russie », 4e trimestre 1989, page 208)