proto-germanique

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Voir aussi : protogermanique

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

(Date à préciser) Dérivé de germanique, avec le préfixe proto-.

Nom commun [modifier le wikicode]

Invariable
proto-germanique
\pʁɔ.to.ʒɛʁ.ma.nik\

proto-germanique \pʁɔ.to.ʒɛʁ.ma.nik\ masculin

  1. (Linguistique) Langue commune reconstituée supposée à l’origine de toutes les langues germaniques.
Ce germanique commun primitif, censément parlé dans le nord de l'Europe entre 750 av. J.-C. et 300 ap. J.-C., descendrait lui-même de l'indo-européen commun, protolangue hypothétique partiellement reconstruite[1].
L'alphabet runique primitif ou « vieux futhark » sera élaboré pour transcrire cette langue —  puis ces langues — proto-germaniques, au début de l'ère commune au IIe siècle ap. J.-C., et peut-être dès le premier siècle[2].
Foyer proto-germanique.
Aire géographique proto-germanique, dans son extension vers 500 avant J.-C.,
avec ses deux régions : le groupe nordique au nord (en rouge) et la culture de Jastorf
au sud (en magenta). Plus tard, dès 300 après J.-C., cette langue commune se répartira
en trois sous-groupes distincts : le germanique de l'Est, le germanique de l'Ouest et le
germanique du Nord (ou scandinave).

Notes[modifier le wikicode]

Le code de cette langue (proto-germanique) dans le Wiktionnaire est gem-pro. (code ISO 639-1).

Synonymes[modifier le wikicode]

Hyponymes[modifier le wikicode]

→ voir Catégorie:proto-germanique

Traductions[modifier le wikicode]

Adjectif [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
Masculin
et féminin
proto-germanique proto-germaniques
\pʁɔ.to.ʒɛʁ.ma.nik\

proto-germanique \pʁɔ.to.ʒɛʁ.ma.nik\ masculin et féminin identiques

  1. (Linguistique) Qui concerne le proto-germanique ou les peuples l’ayant parlé.
    • Ces tribus proto-germaniques ont pris rapidement un grand développement et un caractère particulier. Kossinna y voit déjà les véritables Germains. — (Georges Poisson, Le Peuplement de l’Europe : état actuel, origines et évolution, chapitre X, Payot, Paris, 1939, page 273)

Traductions[modifier le wikicode]

Prononciation[modifier le wikicode]

Voir aussi[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]

  1. Bernard Comrie, The World's Major Languages, Oxford University Press, New York, 1987, 1re édition, ISBN 978-0-19-506511-4, page 69–70.
  2. (français) Frédéric Vincent, Runes et inscriptions runiques sur fafnir.fr, 2018. Consulté le 07/11/2023.