répression

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher
Voir aussi : repression

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

(Siècle à préciser) Du latin repressio.

Nom commun [modifier]

Singulier Pluriel
répression répressions
\ʁe.pʁe.sjɔ̃\
ou \ʁe.pʁɛ.sjɔ̃\

répression \ʁe.pʁe.sjɔ̃\ ou \ʁe.pʁɛ.sjɔ̃\ féminin

  1. Action de réprimer.
    • Avant la conquête française, la Kabylie ne connaissait pas d’autre mode de répression que la vengeance privée et les Kabyles n’étaient pas de mauvaises gens. — (Georges Sorel, Réflexions sur la violence, Chap. VI, La moralité de la violence, 1908, p. 256)
    • Les fusils partaient, des étrangers étaient tués. L’ordre revenu, on punit quelque fellahs en guise d’exemple. Son père, dont le caractère était vif, périt dans la répression. — (Out-el-Kouloub, Zaheira, dans Trois contes de l’Amour et de la Mort, 1940)
    • L’islam radical, […], peut conduire à une cruelle répression. Des hommes qui refusent de brider leur raison seront taxés de Satans et se verront dénier leurs droits et leur qualité d’hommes. — (Panayiotis Jerasimof Vatikiotis, L’Islam et l’État, 1987, traduction d’Odette Guitard, 1992, p. 112)
    • Le gouvernement ordonne une répression sanglante. Arrestations, pendaisons, exécutions sommaires plongent Tripoli dans un bain de sang. — (Tewfik Farès, 1911 : la Libye en guerre, déjà, dans Libération du 18 mars 2011, p. S12)
    • Entre la répression et la licence se trouve le juste milieu du contrôle. — (Arnaud Desjardins, Les chemins de la sagesse, La Table Ronde, Pocket spiritualité, 1999, p. 446)

Traductions[modifier]

Voir aussi[modifier]

Références[modifier]